[Espagne] Que faire en 10 jours à Lanzarote ?

Vous cherchez votre prochaine destination ? Vous avez déjà choisi Lanzarote, l’île aux volcans ? Découvrir notre programme pour explorer Lanzarote en 10 jours !

Moi qui cherche le sens de la vie sur l’île de la Graciosa.

1- Quand partir à Lanzarote ?

Lanzarote est une île de l’archipel des Canaries qui en compte 7 : La Palma, La Gomera, El Hierro, Tenerife, Grande Canaries, Fuertaventura et enfin, Lanzarote, la plus au nord. Situées au large du Maroc, elles sont devenues une province Espagnole en 1821.

Bordée par l’Océan Atlantique, l’île de Lanzarote est agréable toute l’année en termes de température, et obtient donc les faveurs des touristes en Janvier-février, où le thermomètre ne descend que rarement en dessous de 20 degrés. Les périodes les plus bondées sont Pâques, Juillet et Août. Mars, mai, fin septembre et octobre sont les périodes les plus calmes.

Pour notre part, nous sommes partis 10 jours à la mi-juin. Il y avait du monde sur les sites les plus touristiques mais il était très facile d’être quasi seuls en arrivant tôt. A certains endroits, vous pouvez vous retrouver parfaitement isolés ! Côté mercure, nous avons eu au maximum 27 degrés, du soleil la plupart du temps, et quelques épisodes nuageux et venteux. Pour nous ce fut absolument parfait (d’autant PLUS quand on sait que la canicule s’était abattue sur l’Europe). L’océan est à bonne température pour peu que vous ne soyez pas complètement frileux (je me suis baignée tous les jours, aux 4 coins de l’île ou presque !).

2- Pourquoi partir à Lanzarote ?

Détenant un avoir Easyjet en date de mars 2020, nous avons été contraint de choisir une destination desservie par la compagnie aérienne. Notre choix s’est porté sur Lanzarote, car elle était sur ma liste depuis longtemps, bien que non prioritaire. Mais le hasard fait bien les choses car nous avons passé des vacances idylliques.

Lanzarote est une destination très facile : vous n’avez pas besoin d’être en itinérance pour tout visiter surtout en choisissant un logement central, il est facile d’y conduire et de se garer, le tourisme est facilité.

Bien que facile d’accès, l’île est parfaitement dépaysante : des mers de lave, des paysages de déserts, des plages de sable noir, eau calme et de couleur turquoise bordant de belles plages de sable blond, des volcans de toutes les formes mais aussi des stations balnéaires. L’île aux 300 cônes volcaniques a vu sa physionomie changer suite à une violente et longue éruption (1730-1736). Pour ma part, je n’avais jamais vu un paysage pareil !

Vous aimez marcher ? Lanzarote réjouira les randonneurs qui pourront crapahuter sur des centaines de chemins.

Pour résumer, Lanzarote est idéale pour tous les types de touristes : randonneurs, backpackers, familles, snorkeleurs, surfeurs, plongeurs ou encore bronzeurs professionnels. Vous avez besoin de vous cultiver ? Aucun problème, l’île compte de beaux musées et de nombreux endroits transformés par César Manrique, peintre emblématique de Lanzarote.

3 – Visiter Lanzarote : quel programme ?

Plutôt que de vous dresser une liste exhaustive des choses à faire à Lanzarote (achetez plutôt un guide pour cela), je vous propose un programme jour par jour pour explorer l’île, d’Est en Ouest, du Sud au Nord, en optimisant les kilomètres quand c’est possible et sans courir.

Jour 1 : Nous avons consacré notre première journée à la partie Sud-Ouest de l’île

  • Randonnée depuis le Parking d’El Golfo jusqu’au Volcan Chimenea, continuez jusqu’à la playa Del Poso, puis retour à El Golfo via la Ruta Del Littoral. La randonnée fait environ 8km en boucle et vous permet de découvrir une partie du Parc National de Timanfaya et sa mer de lave. Bonus: vous ne serez pas embêtés par les foules ! Nous avons pique-niqué sur la plage de sable noir d’El Golfo.
  • Laguna de los Clicos : vous accédez à ce site emblématique de Lanzarote en empruntant un petit sentier partant du parking devant le café. Il est possible de descendre sur la belle plage de sable noir mais pas d’accéder à la lagune elle-même. L’endroit est fréquenté mais immanquable.
  • Poursuivez sur l’emblématique route LZ703 jusqu’à Los Hervideros : en juin 2022, le parking était fermé sans date de réouverture, on se gare sur la route. Ensuite, empruntez le sentier et observez les vagues entrer dans les deux grottes creusées par l’océan dans la roche volcanique. C’est touristique, il y a du monde, mais c’est impressionnant !
  • Playa de Montena Bermeja et le Charco Verde : au pied du volvan Bermeja, découvrez une plage de sable noir et un petit lac. Lors de notre venue, il n’y avait pas de soleil, et nous le charco n’avait rien de verde, privilégiez donc une journée ensoleillée. Du reste, le paysage est magique et la plage très tranquille.
  • Salinas de Janubio : Normalement vous pouvez poursuivre la route LZ703 pour vous rendre aux salinas mais celle-ci est fermée jusqu’à nouvel ordre. Les salinas sont à voir absolument. Rendez-vous au point de vue pour les admirer d’en haut (marqué Mirador Salinas de Janubio sur Google Maps) ainsi que la lagune et la plage. Autrefois, il s’agissait d’un port, mais les coulées de lave de l’éruption de 1730-1736 ayant fermé l’accès à la mer, les habitants se sont adaptés. Prenez ensuite un café ou déjeuner au restaurant « Le mirador de Las Salinas. Les salinas de Janubio se visitent.
  • En fin d’après-midi, nous nous sommes baignés sur la Playa Dorada aux eaux cristallines (près de Playa Blanca).
Vue depuis le Volcan Chimenea
Los Hervideros
Salinas de Janubio
Playa Dorada

Jour 2 : Nous avons consacré notre deuxième journée à la pointe Sud de l’île

Randonnée jusqu’à la pointe de Papagayo : il s’agit d’une balade exceptionnelle partant du parking de l’hôtel Sandos Papagayo. Vous passerez de plages en plages jusqu’à la Playa Papagayo avant d’atteindre l’extrémité sud de Lanzarote. Nous nous sommes baignés sur la première plage (la superbe Playa Mujeres) et nous avons pique-niqué sur la Playa del Pozo. Nous conseillons la baignade sur l’une de ces plages qui sont relativement peu fréquentées et très grandes. En revanche, Playa Papagayo bien que sublime avec ses eaux vertes, est petite et prise d’assaut. Des parkings permettent d’atteindre Playa Papagayo et Playa Mujeres plus rapidement. Nous avons ensuite fait tout le tour de la pointe avec l’impression d’être seuls au monde avant de nous arrêter sur la Playa Caleta del Congrio, de l’autre côté de la pointe. La plage n’est que peu fréquentée et vous pourrez faire du naturisme PEPER. Nous recommandons ! Ensuite, retour à la voiture que nous avions garé dans la rue (nombreuses places de parking gratuites).

Punta Mujeres
Playa de Papagayo

Jour 3 : De l’Ouest au centre de Lanzarote

  • Hôtel abandonné d’Atlante Del sol et Los Charcones (piscines naturelles) : vous pouvez vous garer juste à côté de l’hôtel en construction abandonné, mais nous avons choisi de garer la voiture au début de la piste et de parcourir les 1,7km à pieds. Nous nous sommes baignés dans les piscines naturelles après avoir fait le tour de cet hôtel dont l’abandon en cours de construction au début des années 70 fait l’objet de légendes ! Un excellent moment, nous n’étions pas nombreux sur le site vers 10 heures du matin.
  • Route des vignobles : le départ se fait dans le petit village de Fermes et la route se poursuit jusqu’à Masdache sur la LZ702. Commencez par prendre un verre au Mirador de Fermes dont la terrasse offre une vue superbe sur la côte Ouest de Lanzarote (on voit l’hôtel Atlante Del Sol !) puis arrêtez-vous à l’une des bodegas pour déguster un verre de vin local (le malvoisie). Nous nous sommes arrêtés à la Bodega Rubicon qui propose une jolie terrasse sous les arbres.
Hôtel abandonné Atlante Del Sol –
Vignobles de Lanzarote

Jour 4 : Découverte du Nord de l’île

  • Randonnée du Monte Corona : cette petite randonnée facile d’environ 4km aller-retour vous permettra d’admirer le cratère du plus haut volcan de l’île (609 mètres). Vous pourrez descendre dans le cratère mais pas en faire le tour, des panneaux indiquent que les abords en sont interdits (peu stables avec risque d’effondrement, il suffit de regarder le fond du cratère pour s’en convaincre). Arrivez tôt et garez-vous face à l’Eglise du petit village de Yé, le début de la randonnée se trouve à environ 150 mètres de là vers la gauche.
  • Mirador del Rio : je comptais me rendre à l’antenne située à quelques centaines de mètres du parking, car la vue serait la même en version gratuite, mais des panneaux en dissuadent les visiteurs. Je me suis donc rendue au Mirador del Rio où j’ai pris un café et ai passé 1h20 à admirer la vue. En y allant de relativement bonne heure (vers 11h), il y avait du monde sans que cela soit étouffant. La vue sur l’île de la Graciosa est époustouflante, c’est un immanquable ! Si vous souhaitez économiser vous pouvez vous rendre uniquement au mirador de Guinate (gratuit) ou vous poster aux abords du mirador (toutefois des panneaux sont sensés interdire aux curieux de marcher sur la route ou d’approcher du bord, mais peu les respectent). Entrée du mirador : 5€/adulte.
  • Punta Mujeres et ses piscines naturelles : cet ancien village de pêcheurs a pour principal attrait ses piscines naturelles. Et quel attrait ! J’ai barboté une bonne demi-heure dans la piscine « Las Rosas » plutôt située au nord de la ville. Déambulez le long du front de mer, vous découvrirez de nombreuses piscines aux couleurs splendides. L’atmosphère y est très agréable.
  • Découverte de la ville de Teguise : ancienne capitale de l’île, l’atmosphère était douce en cette fin de journée de pleine semaine, et la ville désertée.
Ile de la Graciosa depuis le mirador Del Rio
Vue depuis le Mirador del Rio
Piscines naturelles de Punta Mujeres

Jour 5 : L’île de la Graciosa

  • Ferry : Nous avons pris le ferry de 8h à Orzola (au nord Ouest de Lanzarote). Deux compagnies de ferry (Lineas Romero et Biosfera Express) vous permettent de rallier la petite île de la Graciosa. Nous vous conseillons de réserver en ligne, surtout en haute saison. A priori, vous pouvez aussi prendre vos billets directement au port quelques jours avant le départ et bénéficier ainsi d’une réduction (pas testé). Nous avons payé 26€ par personne Aller-retour.
  • Vélo : nous avons loué nos vélos au principal village de l’île Caleta de Sebo (par où arrivent les ferrys), vous ne pourrez pas en louer ailleurs. Nous avons payé 15€/vélo standard pour la journée, notre guide Lonely PLanet et les blogs indiquaient 10€. Je ne sais pas si le loueur était plus cher que les autres ou si les prix ont augmenté. Avec votre vélo vous pourrez explorer toute la partie Nord de l’île, le Sud est composé de pistes sableuses, plus faciles à parcourir à pieds. Pour les personnes ayant du mal à se déplacer, des 4×4 sillonnent l’île également.
  • Plages : les plages du nord sont interdites à la baignade soit car dangereuses soit car préservées pour la biodiversité. Nous n’avons pas eu le temps d’explorer les plages du sud suite à un contre-temps mais nous recommandons particulièrement la baignade au tout petit village de Pedro Barba. L’eau est superbe, et il n’y a pas grand monde.
  • Caleta de Sebo : Il n’y a que deux villages sur La Graciosa : Caleta de Sebo et Pedro Barba. Caleta de Sebo constitue la porte d’entrée et de sortie de l’île, elle abrite quelques cafés/restaurants, des logements, des locations de vélo. A Pedro Barba, vous ne trouverez que des hébergements. Nous souhaitions passer une nuit sur place mais n’avons pas trouvé de locations à moins de 100€/nuit, nous avons donc laissé tomber. Cependant, si vous partez avec le premier ferry et rentrez avec le dernier (comme nous), vous avez le temps de bien profiter de cet endroit hors du temps.
  • ❤ Si vous passez plus d’une semaine à Lanzarote, nous vous recommandons de visiter l’île de la Graciosa. Attention quand même si vous prenez un vélo : ça peut-être sportif sur certaines pistes sablonneuses. Embarquez de la crème solaire, un chapeau, de l’eau et à manger car hormis au port, vous ne trouverez rien pour vous ravitailler.
Ile de la Graciosa

Jour 6 : Le parc national de Timanfaya et Playa Quemada

  • Randonnée de la Cadera de Los Cuervos : Lanzarote comporte pas moins de 110 volcans. Marqué par l’éruption qui dura 6 ans au 18ème siècle, le paysage prend des airs lunaires. Nous avons entreprise de faire le tour de la Caldera de Los Cuervos, le premier volcan à être entré en éruption en 1730. La boucle de 4km AR depuis le parking est bien balisée et présente l’avantage d’être jalonnée de panneaux explicatifs (anglais et espagnol) pour en apprendre plus sur les volcans. Le volcan El Cuervo est situé sur la route LZ56, dans le parc naturel des volcans. Vous aurez une belle vue sur les volcans du Parc Timanfaya et la montana Colorada durant votre promenade.
  • Le centre des visiteurs du parc national de Timanfaya : nous vous conseillons de le visiter plutôt à votre arrivée sur l’île, mais dans notre programme nous n’avions pas encore eu le temps. Peu importe, cette visite a répondu à de nombreuses questions qui nous taraudaient à mesure que nous visitions Lanzarote. Non seulement la route qui y mène est délirante de beauté et de dépaysement, puisque l’on se trouve au cœur du parc national de Timanfaya, mais le musée vous apprendra ce que vous devez savoir sur les volcans et l’île de Lanzarote. Vous aurez également une belle vue sur la chaine de volcan comprenant la Caldera Blanca. Nous n’avons pas pris le bus qui vous emmène au plus près des volcans car l’attraction est trop touristique pour nous, mais ça peut-être sympa avec des enfants ou si vous ne marchez pas. Entrée libre.
  • Playa Quemada : une balade part de la Playa Quemada jusqu’à la Playa Casa via un sentier sur les falaises abruptes qui abritent des plages de sable noir isolées (environ 6km jusqu’à la playa Casa). Cependant, si vous n’avez pas envie de marcher (comme nous à ce moment-là), baignez-vous à la playa Quemada (attention, il y a des galets) et prenez un verre sur la terrasse de l’un des restaurants du bord de mer. C’est très agréable aussi. L’endroit est absolument magnifique et l’arrivée par la LZ706 vous éblouira.

Jour 7 : Randonnée à la Caldera Blanca et découverte des rochers d’El Mojon

  • Randonnée de la Caldera Blanca : Garez votre voiture sur le parking au lieu-dit Islotito. Quand nous sommes arrivés vers 9h, nous devions être 3 voitures tout au plus. Concernant la randonnée, vous pouvez faire une boucle de 10km, qui vous conduira à faire le tour du cratère, ou simplement monter un sentier et redescendre par le même. Si vous avez le vertige, ne marchez pas très bien, c’est ce que je vous conseille de faire. Sinon, suivez cet itinéraire : randonnée de la Caldera Blanca. Le vent avait beau être modéré ce jour-là, il soufflait fort sur la crête. Prenez un coupe-vent pour vous protéger ! Au sommet la vue sur le parc national de Timanfaya est spectaculaire, tout comme celle sur le profond cratère. Dans tous les cas, vous traverserez les champs de lave, et aurez l’impression d’être seul au monde. A faire absolument si vous en avez la possibilité.
  • Playa del Carmen : il s’agit de la plus grosse station balnéaire de l’île et je ne vous recommande pas spécialement de vous y rendre. On a été y déjeuner car il y avait pas mal d’options végétariennes/véganes et nous baigner. La petite Playa Chica juste à côté est conseillée pour le snorkeling mais elle était noire de monde en ce samedi de juin, nous avons fait demi-tour !
  • Les rochers d’El Mojon : sur la route LZ405, au pied de la montana de Guenia, se cache un endroit atypique ! Ces formations rocheuses, en partie dues à l’homme qui a extrait du sable de ce lieu, donnent l’impression de se trouver au Far West. N’hésitez pas à vous y arrêter et à vous promener. Quand nous y sommes passés il y avait un tournage, vraisemblablement un film de cowboy d’ailleurs.
Randonnée sur la Caldera Blanca

Jour 8 : Boucle au nord

  • Mirador de Guinate : ce mirador est la version gratuite du mirador del Rio. Il offre une superbe vue sur l’île Graciosa. Si vous avez la foi, en 1 heure de descente environ, vous vous trouverez sur la Playa del risco, une plage magnifique sur laquelle vous pourriez bien vous retrouver tout seul.
  • Port d’Orzola et Calentan Blanco : nous avons enchaîné par un café au port d’Orzola, histoire de nous balader dans le village que nous avions traversé pour nous rendre à la Graciosa. A quelques pas de là se trouve la Calentan Blanco, une langue de sable blanc. Nous étions à marée basse et il bruinait, donc pas de baignade pour nous. Si vous voulez profiter de cette plage, privilégiez la marée haute.
  • Haria : ce petit village est surtout connu pour la Casa museo Cesar Manrique, la dernière résidence du peintre Lanzarote. Vous pourrez en profiter pour déguster quelques tapas attablés à la terrasse de l’un des restaurants situés le long d’une belle allée de platanes. La petite ville est située au cœur d’une vallée plantée de palmiers. Au 17 et 18ème siècle, les villageois plantaient 1 palmier pour la naissance d’une fille et 2 pour un garçon (surement pour compenser le fait que les garçons polluent plus ahaha). En vous éloignant d’Haria, la LZ-10 monte en lacet. Vous pouvez vous arrêter au mirador de Haria, ou pousser jusqu’au niveau du bar Helechos où vous aurez également un mirador très impressionnant. En revanche, si vous ne prenez pas de conso, vous devrez payer 1€ (business is business …). D’autres airs de stationnement aux environs vous offriront de très beaux points de vue aussi, et sans payer.
  • Caleta de famara et Playa de Famara : l’immense plage de sable noir battue par les vagues, prisée des surfeurs, avec les falaises noires du Risco de Famara en fond, est un lieu spectaculaire. Nous avons choisi de nous promener jusqu’à la Caleta de Famara, le village d’à coté.
  • Playa Honda : le soir, nous sommes allés diner et boire un verre sur la promenade de la playa Honda, sur la côte Est de Lanzarote. Le lieu est animé et très agréable. Vous voyez les avions décoller depuis l’aéroport situé juste à côté ! Si vous poursuivez jusqu’à la playa Matagorda, vous vous trouverez littéralement juste en dessous. Il n’empêche que ces plages sont très belles.
Caleta de Famara

Jour 9 : Arrecife, la capitale de Lanzarote

Nous avons terminé notre séjour par une matinée à Arrecife. Nous avons garé notre voiture sur un grand parking GRATUIT et ouvert 24h/24 à côté du Parque Tematico. Celui-ci situé à environ 10 minutes à pieds de la Playa el Reducto, la plage de la capitale.

Nous n’avons pas fait grand chose d’autres que de longer le littoral, mais il y a déjà de quoi faire : la plage avec ses palmiers, boire un verre sur la marina, découvrir le Castillo de San Gabriel posé sur l’eau et qui abrite le Musée de l’histoire d’Arrécife, s’extasier devant l’eau verte du Charco de San Gines. Si vous disposez de plus de temps (et de moins de flemme que nous), il y a d’autres endroits activités et coins à arpenter : Muséo Arqueologico de Lanzarote, l’église de San Gines, le musée d’art contemporain …. Bref, la capitale mérite sans doute plus que les 3h que nous lui avons consacré avant de filer rendre la voiture et attendre l’avion !

4- Louer une voiture à Lanzarote : une bonne idée ?

Ce n’est pas écolo, mais la façon la plus simple de visiter Lanzarote reste la voiture. Cependant, des bus relient les principales villes et villages de l’île, ainsi, en combinant marches et bus, vous pourrez visiter sans problème une partie de Lanzarote.

Où louer une voiture à Lanzarote ?

Pour notre part, nous avons opté, comme la plupart des touristes, pour la location de voiture. Nous avons réservé notre voiture en ligne auprès du loueur « Autoreisen », environ 2 mois avant le départ. Vous trouverez les agences de location de voiture à la sortie de l’aéroport, mais nous vous conseillons de réserver en amont. La location de la voiture (une C3 Aircross), nous a coûté 215€ les 10 jours. Vous pouvez louer un véhicule ailleurs qu’à l’aéroport, notamment dans les stations balnéaires (Playa Blanca, Puerto Del Carmen) ou Arrecife (la capitale), mais les tarifs sont plus élevés.

La remise de la voiture se fait simplement aux arrivées à l’aéroport de Lanzarote, et le retour du véhicule est encore plus simple : garez votre voiture dans le parking réservé aux locations (emplacement Autoreisen) et s’il n’y a personne au guichet, glissez les clés dans leur boite à clés. Ils n’ont pas cherché à nous vendre d’assurance en plus, ni quoi que ce soit, la voiture était impeccable : rien à dire !

Est-il facile de voyager en voiture à Lanzarote ?

Au mois de juin, il est très facile de voyager en voiture à Lanzarote car l’île n’était pas encore prise d’assaut, vous trouverez facilement de la place sur les parkings. Les parkings sont gratuits pour la plupart.

Les routes sont très bonnes, il est rare que vous ayez à emprunter une piste. A part les quelques routes de montagnes en lacet vers Haria (et pour monter à notre logement), peu de difficultés à prévoir.

Vous trouverez des stations essence sur tous les grands axes routiers de Lanzarote.

5- Où loger à Lanzarote ?

Il n’est pas indispensable de changer de logement pour visiter l’île puisque vous aurez rarement plus d’1h de trajet entre deux points. Cependant, nous avons choisis deux logements : l’un pour explorer la partie Sud de l’île, et l’autre pour en explorer le centre et le Nord.

Logement situé à Playa Blanca (3 jours)

Nous avons choisi un logement idéalement situé sur la station balnéaire, certes touristique mais très tranquille, du Sud de l’île. La marina est vraiment agréable le soir, et invite à la détente. La playa Dorada est à quelques minutes de marche. Le logement en lui-même était parfait. Les hébergements dans cette partie de l’île semblent un peu plus chers qu’ailleurs, mais nous ne regrettons pas. Pour 78€ (en Juin 2022), nous avions un appartement 2P avec une cuisine et une petite terrasse. Très fonctionnel et très agréable. Le lotissement est doté d’une grande piscine, et vous serez à 350 mètres de Playa Blanca.

Voir le logement à Playa Blanca – Lanzarote : Ona Las brisas

Logement situé à Nazaret au centre de l’île de Lanzarote (6 jours)

Pas Nazaret en Israël, bien que notre GPS se soit trompé à plusieurs reprises. Il s’agit d’un village situé à environ 2km de Teguise, l’ancienne capitale de l’île. Nous avons choisi un logement sur les hauteurs, en suivant les très bons conseils de Pepetteenvadrouille ! Le lotissement se compose de 3 hébergements gérés par Conchi. Deux des logements ont une vue superbe, le troisième est grand et un poil moins cher, avec une terrasse mais sans vue. Nous avons toutefois profité de la vue en squattant la piscine qui n’était, bizarrement, jamais occupée. Vous serez située à 5 minutes de Lagomar,  un domaine créé par l’artiste Jesús Soto, ami de César Manriques, au début des années 1970.

L’annonce de notre logement : La casa Bernado

6-Où manger (végan) à Lanzarote

Cette section a pour objectif de vous répertorier les restaurants végans où nous avons mangé. Il y a quelques offres sur l’île, notamment dans les villes et stations balnéaires.

  • Le Funky Bouddha à costa Teguise : ce petit restaurant ne paie pas de mine mais propose une carte alléchante à des prix qui le sont tout autant. Burger, « fish » and chip ou encore curry : nous avons tout apprécié. Et encore plus la gentillesse du service. Plus d’infos : Funky Bouddha
  • L’Esquina à Teguise : ce petit café situé dans le centre de l’ancienne capitale présente une décoration soignée. Fermant vers 16h, vous pourrez y déjeuner d’n toast ou d’un bowl, ou prendre un gouter accompagné d’un jus. Rapport qualité-prix très correct. Plus d’infos : Esquina
  • El Gecko VEGGIE à Playa Honda : gros coup de cœur pour ce fast food vegan situé sur Playa Honda à deux pas d’Arrecife. Toute leur carte fait envie, mais je vous recommande particulièrement leur Geckoquetas qui son excellentes. Plus d’infos : El Gecko
  • V-factor à Arrecife : autre coup de cœur, ce restaurant situé à Arrecife. Une déco pleine de détails, une carte hyper alléchante, des mets soignés, des prix tout doux et un service attentif : ils ont tout bons ! Plus d’infos : V-Factor

Connaissez-vous Lanzarote ? Avez-vous prévu un voyage sur cette île des Canaries ?

[Pays-bas] 1 semaine aux Pays-bas : quel itinéraire pour un city-trip en train ?

Les Pays-bas, ce n’est pas seulement Amsterdam. Les Pays-bas, ça a beau être un tout petit pays, il a énormément de choses à vous proposer. Vous voyez mon dilemme arriver : où partir aux Pays-Bas ? Nous voulions un voyage sans avion ni voiture. Pour cela, nous nous sommes concentrés sur les villes. Mais là encore : que de choix ! Je vous propose donc notre itinéraire « city-trip » de 8 jours aux Pays-bas. Sachez déjà que nous n’avons pas inclus Amsterdam (et les alentours) car nous l’avons déjà visité et que ce coin fera probablement l’objet d’une visite ultérieure.

8 jours de city-trip aux Pays-bas : quel itinéraire ?

Nous avons hésité, car le pays présente de nombreux points d’intérêt, avant de nous arrêter sur l’itinéraire suivant :

  • La Haye : 2 jours
  • Utrecht : 2 jours
  • Groningen : 2 jours
  • Rotterdam : 2 jours

Que faire en 2 jours à La Haye ?

Plage de Scheveningen – La Haye

Nous avons pris un billet de Thalys pour faire Paris-Rotterdam qui fait normalement le trajet en 2h43. Hélas ce jour-là, un incendie s’étant déclaré en gare de Rotterdam, nous avons été reportés en gare d’Utrecht. Nous avions pris un train pour rallier La Haye et le trajet devait durer 30 min (5,40€ le billet). A noter : le billet Rotterdam- La Haye pouvait être utilisé pour faire Utrecht-La Haye car la déviation n’était pas de notre fait.

Nous sommes finalement arrivés vers 13h30, ce qui nous a laissé 1 jour et demi bien remplis à Den Haag (son nom néerlandais). Que faire à La Haye en un petit weekend ?

  • Jour 1 : Etant arrivés en début d’après-midi, nous avons fait une grande balade dans la ville en suivant le circuit de la carte que nous a donné l’hôtel : centre ville, Binnenhof, quartier des ambassades, Mauritshuis, Grote Markt, Chinatown, Grote Kerk, Stadhuis (hôtel de ville), Klein Kerk, « Le passage » (passage commercial couvert) etc. Cette promenade nous a occupé bien 3 heures ! Nous avons ensuite bu un verre au « Café de Oude Mol » adorable avec sa jolie déco. Le soir nous avons dîné au Full Moon City, restaurant Asiatique avec de nombreuses options véganes (et une très grande salle idéale pour un groupe).
  • Jour 2 : Nous avons pris le tram 1 en direction de la plage de Scheveningen pour nous promener en bord de mer et découvrir la grande roue. N’hésitez pas à vous rendre tout au bout du « pier », il y a une brasserie, vous pourrez prendre un verre en ayant l’impression d’être dans l’eau ! Elle s’appelle d’ailleurs « The Pier ». Revenez en passant par l’intérieur, il y a pas mal de food trucks. Rendez-vous ensuite au Parc National des dunes et arrêtez-vous au panaroma avec vue d’un côté sur les dunes de sables et de l’autre sur la mer. Vous pouvez vous promener dans les dunes, à pieds ou à vélo ! Nous sommes ensuite revenus sur la plage pour y déjeuner, vous trouverez de nombreux restos (vraiment chers mais ultra mignons). Nous nous sommes arrêtés au restaurant « Bora-bora », séduits par la décoration et les options plant-based, avant de repartir à pieds jusqu’au centre ville en passant par l’adorable village de Scheveningen puis la forêt (4km). Au retour nous avons fureté de nouveau dans le centre, sous le soleil cette fois !

Où loger ? Kingkool The Hague City Hostel : Hormis le bruit causé par les trams qui passent juste à côté, nous avons apprécié l’hostel et notre chambre double. Vous trouverez une cuisine commune que vous pouvez librement utiliser. Très bon rapport qualité/prix et accueil aux petits oignons !

Que faire en 2 jours à Utrecht ?

Utrecht aux Pays bas – des canaux et des vélos !

Nous avons rallié Utrecht depuis La Haye via le train. Le trajet dure 37 minutes et il y a un départ toutes les 15 minutes (12,30€ le billet).

Dès l’arrivée, j’ai senti le coup de cœur ! Il faisait très beau, c’était encore le matin, les rues étaient calmes. Les rues se sont animées rapidement, weekend oblige, mais la ville reste très agréable. Que faire en 2 jours à Utrecht (sans se presser) ?

Jour 1 :

  • Longer les canaux, particulièrement celui de Oudegracht, vous devriez succomber au charme des jolies maisons se reflétant sur le canal. N’hésitez pas à boire un verre dans l’un des restaurants situés sur les quais. Perdez-vous dans le centre, et profitez de l’animation des places et des rues plus charmantes les unes que les autres. Pour les rues, ne loupez pas la rue Wed, Niewstraadt et Twijnstraat.
  • Visiter les archives d’Utrecht. L’entrée n’est qu’à 2,50€ et nous y avons passé un très bon oment à découvrir le développement de la ville. Vous pourrez même faire du vélo virtuel pour découvrir les changements. On conseille !
  • Pique-niquer le long du canal, au sud de la ville.
  • Diner chez Copper Branch : un restaurant végan d’origine Canadienne qui propose des bowls, de bons burgers et des frites savoureuses

Jour 2

  • Commencez la journée au joli café « Soep-er » pour un brunch ou une boisson chaude, et regardez la ville s’éveiller.
  • Rendez-vous à la Dom Toren pour visiter la tour avec un guide et bénéficier d’un superbe panorama sur la ville (la visite dure 1h, 11€/personne). Vous pouvez réserver en ligne ou vous rendre à la boutique sur la place.
  • Visiter la cathédrale Saint Martin (Dom Kerk) (gratuit)
  • Visiter le pandhof de la cathédrale Saint Martin, il s’agit d’un jardin attenant à l’Eglise
  • Pique-niquer au joli parc Wilhelmina et en faire le tour, il faut marcher une petite dizaine de minutes depuis le centre historique.
  • Visiter le quartier résidentiel de Oudwijk et ses petites maisons, puis se balader dans celui de breedstraatbuurt le long des canaux
  • Visiter la bibliothèque, l’intérieur mérite le coup d’œil !
  • Puis diner au restaurant « Végitalian » : le restaurant est végétarien et propose de végétaliser une grande partie des plats. C’est un énorme coup de cœur, les meilleurs pizza plant-based (végétaliennes) de ma vie !

Où loger ? Stayokay Hostel Utrecht Centrum – Les hébergements à Utrecht sont excessivement chers, surtout le weekend. Le Stayokay est le moins cher que nous ayons trouvé si bien situé dans le centre et proposant les prestations que nous cherchions (chambre double, salle de bain privative). Nous avons payé 98€. La chambre est spartiate mais la vue sur la place rattrape un peu. Attention, cette place est extrêmement bruyante les soirs de weekend !

Que faire en 2 jours à Groninguen ?

Groningen – Quartier de Reitdiephaven

Nous avons rejoint Groningue depuis Utrecht via le train. En semaine, vous pouvez avoir un direct qui vous y emmène en 1h53. Le week-end (comme nous), vous ferez un stop à Amsterdam et le trajet durera environ 2h30. La fréquence est un peu aléatoire, certains trajets comptent deux correspondances. Le weekend, choisissez votre trajet sur l’application pour éviter toute mauvaise surprise (27,30€ le billet, un peu moins cher si vous le prenez au moins 4 jours à l’avance).

Utrecht avait mis la barre bien haute, et à l’arrivée je ne sais pas senti de coup de cœur. Cependant, il m’aura fallu à peine quelques heures pour tomber complètement sous le charme de cette ville du Nord. Je ne regrette absolument pas d’y être allé et je vous recommande vivement d’y passer 2 jours.

Jour 1 : Nous sommes arrivés vers 15h, mais ça laisse le temps d’une bonne promenade :

  • En arrivant, nous avons tout de suite pris de la hauteur en montant sur le rooftop du Forum (centre culturel où vous trouverez l’office du tourisme). C’est gratuit, et vous aurez une belle vue à 360 degrés sur la ville, notamment la cathédrale (Martini Kerk). Nous voulions y retourner pour le coucher du soleil mais le rooftop fermait ses portes à 18h, peut-être plus tard l’été. Nous en avons profité pour faire une petite séance de réalité virtuelle (gratuite) dans le forum !
  • Nous avons poussé ensuite jusqu’au Prinsenhof, un très agréable jardin (il ferme à 16h30 en hiver puis à 18h dès le 1er avril ), en passant par le Martinikerkhof (le jardin de la cathédrale). C’est vraiment très beau, les bâtiments sont très anciens, en vieille brique.
  • Nous avons poursuivi notre route le long des canaux qui ceinturent la vieille ville avant de bifurquer pour entrer dans l‘Eglise Newkerk, à l’architecture étonnante, pour assister à une messe en anglais. Ce n’était pas prévu et nous nous sommes esquivés avant la fin afin de profiter d’encore un peu de jour pour poursuivre la promenade.
  • Car nous avons ensuite visité 4 « gasthuis », les fameux jardins cachés que l’on trouve notamment à Groningen. Ils sont ouverts au public, mais s’agissant de jardins privés, entourés d’adorables maisons, soyez discrets. Ils sont légèrement en dehors du centre mais valent vraiment la visite, d’autant que vous trouverez des mignonnes maisons à l’architecture typique.
  • Nous avons repris la balade le long des canaux (quai hage der a / lage der a), l’une de nos activités favorites aux Pays-Bas.
  • Pour terminer, visite du centre ville, ses places animées, ses rues bordées de maisons typiques, un vrai régal !

Jour 2

  • Nous avons commencé la journée en prenant le bus 1 (vous pouvez acheter vos tickets dans le bus, uniquement en carte bancaire ) pour visiter le quartier de Reitdiephaven. Il s’agit d’un petit port autour duquel sont plantés des maisons à 2 étages de couleur. C’est un endroit à voir absolument ! Nous en avons fait le tour en prenant notre temps avant de prendre un thé sur un banc. Niveau photo, le rendu est vraiment top (voir la photo d’illustration).
  • Nous sommes revenus dans le centre ville via les canaux, il y a 4km à parcourir. Ils se font facilement à pieds et encore plus facilement à vélo !
  • Nous avons déjeuner au soleil chez Râ Bowl (restaurant végan) qui fait un bowl du jour à 7,5€ (9€ la grande version que l’on conseille car c’est pas super grand. Par contre c’est super bon).
  • Nous avons ensuite longé les canaux puis gagné deux églises que nous voulions visiter (Aa Kerk et la Cathédrale Saint Joseph), hélas fermées toutes les deux. Renseignez-vous sur Google pour les horaires, les églises ne sont vraiment pas ouvertes tout le temps aux visiteurs comme en France.
  • Nous avons visité la cathédrale : la Martini Kerk. Il vous faudra entrer par le petit café attenant et vous acquitter de 2€. La nef est superbe et l’orgue également. Très photogénique ! Nous n’avons pas visité la tour de la Cathédrale mais c’est possible (5€).
  • Nous avons ensuite retraversé la ville pour diner chez Lust Vegan (même rue que Râ bowl) : un grand coup de cœur pour ces burgers originaux, copieux et absolument délicieux. Les frites sont à tomber aussi et copieuses (prenez-en une portion pour deux!).
  • Et puis ensuite, n’hésitez pas à flâner. Quand nous sommes arrivés le dimanche sous la grisaille, j’ai trouvé la ville tristoune. Mais elle s’est animée en fin de journée et s’est avérée vraiment très agréable.
  • Musée Centraal de Groninguen : nous ne l’avons pas visité mais planté sur les canaux il vaut le coup d’œil au moins de l’extérieur pour son architecture colorée. Vous le verrez sans doute en arrivant de la gare.
  • En repartant, nous avons pris soin d’entrer dans la gare de Groningen (station : Groningen). Elle est déjà belle de l’extérieur mais mérite impérativement le coup d’œil également à l’intérieur. Si vous arrivez/repartez en train, prenez quelques minutes pour l’admirer !

Où loger ? Nous avons choisi de passer par Air bnb et avons réservé un petit appartement à 5 minutes à pieds du centre historique. C’était parfait ! C’est une solution vraiment pratique si vous souhaitez vous faire à manger. Très bien équipé, bien décoré, bien situé et des petits gestes de bienvenue qui font très plaisir, il s’agit du logement d’Harmina : Hébergement Groningen

Vous trouverez également des logements sur booking : Groninguen

Que faire en 2 jours à Rotterdam ?

Les moulins de Rotterdam – Kinderdijk

Nous sommes revenus à Rotterdam depuis Groningen. En semaine, vous pourrez prendre un direct sinon c’est une correspondance à Zwolle. Dans tous les cas, le trajet dure 2h37. le billet est à 27,60€ (27,90€ si vous avez une correspondance). Je n’ai pas eu de coup de cœur pour la ville de Rotterdam comme pour les autres mais elle a énormément d’atouts grâce à son incroyable mélange de style ! Que faire en 2 jours à Rotterdam ?

Jour 1 : Les moulins de Kinderdijk

Nous revenions de Groninguen et avons sauté dans le tram 25 (le 23 et le 7 vous y conduisent aussi) pour rejoindre le pont Erasme afin d’attraper un Waterbus. Vous devez prendre la ligne 21 du Waterbus et descendre à l’arrêt Kinderdijk. Vous pouvez aussi prendre la ligne 20 et faire un changement (plus de bateaux). Vérifiez les horaires sur Google ou sur le site de la compagnie Blue Amigo. Sachez simplement qu’il y en a toute l’année et que vous pourrez vous rendre à votre destination en 30 minutes au terme d’une très agréable promenade sur l’eau. Tarif : 4,49€/ticket, vous pouvez l’acheter dans le bateau. Les vélos sont acceptés.

Vous arrivez au pied du petit village et pouvez commencer votre promenade en vélo ou à pieds. Plusieurs formules :

  • Gratuite : si vous faites simplement la promenade autour des moulins
  • 8€ pour la visite des musées : le visitor center + l’intérieur de deux moulins
  • 13€ si vous ajoutez une croisière sur le canal bordé de moulins

Le dernier waterbus étant à 15h04 (mars 2022), nous avons passé 3 heures sur place. Si vous visitez les moulins et souhaitez vraiment explorer le coin, prenez un peu plus de temps ou des vélos ! Nous avions un temps fabuleux et avons bien pu profiter de la découverte de ce lieu incontournable et de ses 19 moulins moulins à vent de 1740 construits, à l’époque, pour lutter contre l’inondation des terres agricoles.

Jour 2 : Visite de Rotterdam

Que faire en une journée de visite à Rotterdam ?

  • Visite du Marktal Hall : Food court abritant des appartements résidentiels, allez voir la fresque à l’intérieur.
  • Les maisons cubiques : allez absolument les voir en vrai ! C’est assez spectaculaire de voir ces maisons cubiques en vrai. Vous pouvez même en visiter une (maison témoin à 3€ l’entrée) et un hostel vous propose des chambres dans ces maisons : Le StayOkay Hostel
  • Immeuble Witte Huis : à sa construction il était le plus grand building d’Europe. Vous pouvez monter tout en haut, il y a une plateforme d’observation (payant).
  • Het Park : un des plus anciens parcs de la ville avec vue sur l’Euromast
  • Euromast : Cette tour de 185 mètres de haut, la plus haute des Pays-Bas, se visite (12,5€ sur place – 11,5€ si vous réservez par internet) et comporte même deux chambres au niveau de la plateforme que vous pouvez louer à la nuit (environ 400€ !). Cliquez ici pour réserver=> Se faire un kiff
  • Visiter le quartier de Delfthaven : un des seuls quartiers de la ville non bombardé durant la guerre 39-45. Vous y trouverez un petit port sur les canaux et un air authentique vous rappelant les plus jolies villes des pays bas. Vous y trouverez même un moulin !
  • Boire un verre au Café de Oude Sluis : sa terrasse est idéalement située sur le canal, arrêtez-vous pour y boire un verre et ne manquez pas de faire un tour à l’intérieur car sa déco vaut le coup d’oeil !
  • Acheter un Cigkötfe chez Cigköftem Rotterdam (Fast food Turc végan) et le dévorer sur le canal
  • Vous pouvez également vous promener sur l’autre de la Meuse et vous rendre à l’hôtel New York situé dans le quartier Kop Van Zuid et pousser jusqu’au SS Rotterdam, un ancien bateau de croisière transformé en hôtel : SS Rotterdam
  • Diner chez Vegan Sushi Express : ils ont un service à volonté le mercredi et jeudi (27€), vous pourrez dévorer tous les makis et futomakis 100% végétal dont vous rêvez. Le lundi et mardi c’est uniquement à emporter !

Où loger ? Holiday Inn Express Rotterdam – Outre les logements atypiques présentés dans l’article, nous recommandons le Holiday Inn si vous ne passez qu’une nuit sur place et souhaitez rester près de la gare. Les tarifs fluctuent selon la date de réservation, si vous prenez en avance, selon semaine ou weekend. Nous n’avons rien à reprocher à l’hôtel : belle chambre spacieuse, propreté de la salle de bain, accueil très agréable, bagage gardé à l’hôtel, et petit déjeuner compris (qui manque d’options végétales, seul petit bémol).

Se déplacer en train aux Pays-bas

Se déplacer aux Pays-Bas

Venir au Pays-Bas

Nous sommes arrivés depuis Paris à Rotterdam. Vous avez trois possibilités pour vous y rendre :

  • Le Thalys : le trajet dure 2h43. Le train part de Gare du Nord et arrive à Rotterdam Central. Le prix des billets varie, nous les avons pris 1 mois et demi à l’avance et en avons eu pour 168€ AR pour deux.
  • L’avion : il faut compter en moyenne d’1h10 de vol et les prix sont variables d’une compagnie à l’autre. On ne recommande pas tant pour l’aspect environnemental que pratique.
  • La voiture : Si vous venez de Paris, il vous faudra environ 5h pour rallier Rotterdam. Comptez le prix de l’essence et les péages. Pour l’itinéraire que nous vous proposons, vous n’avez pas besoin de véhicule.

Transport entre les villes

Vous vous déplacerez ensuite très simplement en train entre les plus grandes villes du pays. Nous vous recommandons de télécharger l’application « NS.nl » qui est l’équivalent de notre SNCF Connect à la fois pour préparer votre voyage et acheter vos billets de train. Il n’est pas utile de réserver en avance (même si, parfois, cela vous donne droit à des réductions) mais l’achat dématérialisé vous permet de gagner du temps.

Renseignez-vous car vous pouvez aussi vous déplacer en waterbus !

NB : Pour avoir le texte en anglais dans l’application -> More (en bas à droite) -> settings -> sélectionnez « English » dans « Language » tout en haut (il n’y a pas de traduction Française).

Transport au sein des villes

Il y a généralement un bon réseau de bus et de tram (parfois de métro). Même sans carte de recharge (que vous pouvez l’acheter, elle est à 7,5€ et valable 5 ans), vous pouvez acheter vos tickets dans les transports (plus chers). Par exemple, à Rotterdam, nous avons acheté un ticket dans le tram directement au contrôleur, à la Haye au distributeur et à Groningen au conducteur de bus. Ne soyez pas surpris, les billets de transport sont vraiment chers.

[Grèce] Crète de l’Ouest : quel itinéraire en 13 jours ?

Pour notre premier voyage en dehors de l’hexagone depuis l’Ouzbekistan en 2019, nous avons choisi la Crète. Pourquoi ? Parce qu’après des mois de confinement, de couvre-feux, et d’épreuves familiales terriblement douloureuses, je rêvais d’une destination hors de France plutôt orientée « mer et soleil ». Ainsi, la plus grande île de Grèce me semblait idéale : des plages de rêve, des paysages extraordinaires, et à priori pas de galère de transport à prévoir car nous avons louerions une voiture.

Après avoir épluché mon guide du Routard emprunté à la bibliothèque, nous avons opté pour la partie Ouest de l’île avec arrivée et départ depuis Héraklion.

Où aller en Crète de l’Ouest ? Je vous donne mon itinéraire pour 13 jours sur les routes !

Crète de l’Ouest : quel itinéraire ?

Partis le vendredi 18 septembre 2021, nous sommes revenus le Jeudi 30. Voici l’itinéraire que nous avons suivi :

Jour 1 & 2 : Réthymnon & le monastère d’Arkadi

Arrivés par avion à Héraklion vers 19h (heure Crétoise, +1h par rapport à la France), nous avons récupéré notre voiture de location à l’aéroport avant de filer vers Réthymnon à 70km à l’ouest. Nous étions logé à 30 minutes à pieds du centre. Le premier jour, arrivés vers 21h, nous nous sommes contentés d’une mini balade le long du front de mer.

Le lendemain nous avons :

  • ❤ Visité le monastère d’Arkadi à 23 km de Rethymnon (3€/ personne)
  • ❤ Bu un thé des montagnes avec vue sur la vallée d’Amari depuis le village de Thronos
  • Pris un bain de mer sur la très longue plage de 16km qui part de Réthymnon (sun bed et parasols à disposition mais attention : toujours payants !).
  • ❤ Visité la vieille ville de Réthymnon et l’ancienne forteresse vénitienne (4€/ personne) jusqu’au coucher du soleil sur lequel vous aurez une vue magnifique.
  • Dîné dans un restaurant végétalien sur le port Vénitien (Let’s Végan)
Monastère d’Arkadi en Crète

Hébergement : Nous avons séjourné 2 nuits dans un petit studio situé à 5 minutes du front de mer et 30 minutes du centre ville à pieds, idéal pour être au calme. Logement réservé 5 jours avant notre arrivée : TheGaiaStudio

Jour 3 : De Réthymnon à Frangokastello

Partis de Réthymnon de bon matin en direction du sud, nous avions une journée assez chargée :

  • ❤ Visite du monastère d' »en haut » de Préveli (3€/personne). Celui d' »en bas » était fermé à la visite lorsque nous sommes passés. Visite enchanteresse en cette saison et malgré le soleil de plomb. En contrebas de ce dernier part une randonnée menant à la plage de Préveli.
  • Preveli beach : si vous choisissez de vous garer sur le parking le plus proche de la plage, il vous faudra descendre un rude escalier pendant plus de 15 minutes (et probablement le remonter). Toutefois l’effort est largement récompensé par la vue sur la rivière verte qui, sortant de gorges abruptes, forme un petit lac avant de se joindre à la mer. C’est un paysage absolument superbe. Vous pourrez vous baigner dans la rivière tout en vous promenant dans la palmeraie. L’endroit est très touristique mais vaut le déplacement. Parking payant en saison : 2€. Attention : la mer de Lybie est relativement chaude mais traversée de courants vraiment froids, mieux vaut le savoir.
Descente sur Preveli Beach
  • La route depuis Préveli jusqu’à Frangokastello offre des points de vues spectaculaires et de toute beauté sur la mer de Lybie et les reliefs escarpés des montagnes. Nous nous sommes arrêtés boire un café dans un restaurant comme accroché à la montagne avec une vue absolument grandiose. J’adore ce genre d’arrêts !
  • Arrivés vers 17h nous nous sommes posés pour la nuit à Frangokastello. Allez voir le château Vénitien comme posé sur l’eau. Il ne se visitait pas quand nous y sommes allés, mais le décor vaut le coup d’œil. Ainsi que la baignade sur la plage de sable blond. Ici il y avait relativement peu de monde, et nous avons regardé le coucher de soleil à la table d’un restaurant de bord de mer (vous en trouverez plusieurs).
Château de Frangokastello

Hébergement : Nous avons séjourné 1 nuit à Frangokastello. Nous n’avions pas réservé et comme il n’y avait plus de chambre disponible à l’Oasis (recommandé par le Routard), nous avons été voir en face. J’ai oublié le nom de l’hôtel mais nous avions un studio avec un grand balcon vue mer et pas de voisin ! (40€ la nuit).

Jour 4 : Loutro et ses environs (nuit à Agia Rouméli)

Pour rejoindre le petit port de Loutro et Agia Rouméli, deux choix : vos pieds ou le bateau. Nous avons hésité jusqu’à la dernière seconde et puis j’ai capitulé, avec 35 degrés à l’ombre (et il n’y en a pas sur le chemin), j’ai préféré laisser tomber la randonnée de 2h depuis Chora Skafron à Loutro, d’autant que certains la décrivent comme difficile.

Vue sur Loutro

Partis de Frangokastello, nous avons garé notre voiture au rond point de Chora Skafron (3€ la journée / 10€ la nuit en saison). Un conseil : allez-y tôt, nous nous sommes rendus compte en revenant le lendemain qu’il y avait du monde ! Ce jour là, nous avons :

  • Pris le premier bateau depuis Chora Skafion pour Loutro à 9h30 (horaire des bateaux : anenyk.gr). Le voyage dure environ 20 minutes (5€/ personne).
  • ❤ Emprunté le chemin de randonnée qui part du centre ville jusqu’à la petite plage de Finikas et passe par un château en ruine. Vues magnifiques sur Loutro garanties (environ 30 minutes de marche). Nous vous recommandons un petit bain bien agréable (attention c’est une plage de galets). Vous y trouverez quelques chambres.
  • ❤ Poursuivi jusqu’à la plage de Lycas pour environ 10/15 minutes de marche. C’est un véritable petit bout du monde. Si la plage n’est pas super agréable car composée de rochers glissants, l’endroit est complètement paisible. Là encore quelques chambres au calme, loin de l’agitation.
  • Vous pouvez continuer de marcher vers d’autres plages, voire jusqu’à Agia Rouméli (6h de route environ). Nous avons fait demi-tour après avoir déjeuné dans la taverne de droite avec vue sur mer. Pour le retour nous avons emprunté le chemin côtier, plus long mais plus facile, qui offre des vues extraordinaires sur Finikas, sur la mer, puis sur Loutro. Il débouche sur l’embarcadère de Loutro.
  • Le village de Loutro est un lieu très mignon mais quasi seulement composé d’une rue qui longe la mer avec tavernes et boutiques touristiques de part et d’autre. A part farnienter sur des transats (5€ pour s’assoir sur 2 transats et bénéficier d’un parasol) et vous baigner, pas grand chose à faire. Mais le village, en dépit de sa fréquentation touristique mérite de vous y arrêter.
  • ❤ Nous avons pris le bateau du soir pour Agia Rouméli (environ 40 minutes de bateau – 7,5€/ personne) en compagnie de quelques autres personnes. La balade est enchanteresse avec le soleil qui se couche.

Hébergement : Nous avons séjourné 1 nuit à Agia Rouméli dans un logement que nous avions réservé le matin même via Booking : l’hôtel Samaria (très bon rapport qualité-prix).

Jour 5 : Mini randonnée dans les gorges de Samaria (et nuit à Phalassarna)

Qu’avons-nous fait ?

  • ❤ Pour éviter l’organisation qu’impliquait la randonnée complète dans les gorges de Samaria depuis Omalos jusqu’à Agia Rouméli (16km), nous avons choisi l’option « flemme ». A savoir : départ depuis le village d’Agia Rouméli jusqu’à environ 2km après les « portes de fer » qui sont le passage le plus étroit des gorges. A 8h30 nous étions seuls, et au retour, cela nous a permis de profiter de la plage (superbe) d’Agia Rouméli avant que les hordes de randonneurs n’arrivent. Cet « easy way » fait quand même 8km et vous offre de très beaux panoramas. Et même si on a payé 18€ pour un parasol et deux bières, on ne regrette pas notre choix ! L’entrée des gorges est payant : 5€ par personne.
  • Nous avons ensuite repris le bateau en direction de Chora Skafron avec les centaines de randonneurs qui rentraient le soir-même. Nous qui étions peinards sur notre bout de plage, nous ne nous étions absolument pas rendus compte du monde qui était arrivé. IMPRESSIONANT !
  • Depuis Chora, 2h de route dans les montagnes nous attendaient avant d’atteindre notre prochaine destination : Falassarna.

A savoir : les billets de bateaux ne sont pas vendus sur le port d’Agia Rouméli mais dans le petit centre ville face à la taverne « Samaria ».

Dans les gorges de Samaria !

Hébergement : Nous avons séjourné 2 nuits à Falassarna dans un studio pouvant loger 4/5 personnes, réservé la veille au soir via Booking. Avec sa terrasse en rez-de-jardin et la proximité de la (superbe) plage de Falassarna (200 mètres), c’était parfait : Kalami Rooms and Appartments .

Jour 6 : Plage de Balos et de Phalassarna

Qu’avons-nous fait ?

  • ❤ Découverte du lagon de Balos tout au bout de la presqu’île de Gramvoussa : autant vous dire que pour y aller, il faut le vouloir ! Après l’hôtel Balos Beach, vous paierez un droit d’entrée d’1€ par personne avant d’entamer 7,6km de piste. La route est carrossable mais non revêtue (sauf en deux endroits, lorsque le chemin monte rude). Vous traverserez des paysages sublimes avec vue sur la Presqu’île de Rodopos en face, et des chèvres qui se pousseront doucement de la route. Si vous arrivez suffisamment tôt (avant 10h), vous trouverez de la place sur le petit parking. Sinon il est possible que vous deviez vous garer le long de la piste (quand nous sommes partis, les voitures étaient garées jusqu’à environ 2km du parking). A partir du parking : 25 minutes de descente balisée à pieds vous attendent (et surement plus en remontant). Une merveille avec une vue époustouflante sur le lagon ! Même le matin en septembre, il y avait foule, mais en allant vers l’îlot en face, on peut se trouver un coin tranquille. La baignade est simplement délicieuse ! En revanche, à 12h nous avons décampé en voyant arriver un ferry. Ce sont des centaines de personnes qui ont envahi l’endroit … Une vision très singulière ! Vous avez compris, venez tôt.
Plage de Balos
On est pas les seuls à chercher l’ombre : les chèvres sur le parking de la plage de Balos aussi !
  • Plage de Falassarna : la plage de Falassarna est considérée comme l’une des plus belles de Crète. Le coin est magnifique, notamment le panorama qui s’offre à vous en descendant vers le littoral, et cela en dépit des nombreuses serres qui émergent des oliveraies. L’eau est, encore une fois, d’une grande transparence et vraiment chaude, sans courant froid comme vous en avez dans la mer de Lybie qui borde le sud de l’île.
  • Boire un verre dans une taverne avec vue sur Falassarna : optez pour l’une des tavernes au bord de la route, vous ne devriez pas être déçus du spectacle !

Jour 7 : La plage d’Elafonissi

Nous sommes tranquillement partis de Falassarna en direction d’Elafonissi. Souvent présentée comme LA plus belle plage de l’île, nous avons décidé d’y demeurer une nuit.

Qu’avons-nous fait ?

  • Arrêt à Livadia : ce petit village était signalé dans notre routard. Nous avons quitté la route pour y faire un arrêt : juste le temps de marcher un peu et de prendre un café au bord de l’eau. Vous trouverez une petite piscine naturelle mais nous n’avons pas testé ! Ce n’est pas une étape indispensable mais elle peut constituer une alternative aux lieux touristiques bondés. Depuis Falassarna, comptez environ 50 minutes de route de montagne et quelques très beaux panoramas.
  • ❤ Plage d’Elafonissi : nous avons repris la route (environ 45 minutes) pour arriver à la plage d’Elafonissi vers 12h. Le parking est grand et gratuit. Quand nous avons posé le pied sur la plage celle-ci était bondée. Une trempette dans le lagon blanc et rose, un pique-nique puis nous avons décidé de marcher jusqu’à la presqu’île d’Elafonissi que vous apercevez de loin. Comptez une bonne trentaine de minutes pour y parvenir et monter au sommet. Vous traverserez un paysage de dune et de criques d’une beauté enchanteresse. Cerise sur le gâteau : vous rencontrez de moins en moins d’humains au fil de votre promenade. On vous conseille vivement de partir à la découverte de cette endroit splendide et de dépasser la zone « transat ».

Hébergement : Nous avons séjourné 1 nuit à 6km d’Elafonisi (village de Chrysokalitissa) dans un hôtel réservé deux jours plus tôt via Booking. Le lieu avait l’air déserté quand nous sommes arrivés mais l’accueil s’est révélé très sympa et la vue mer de notre chambre n’a cessé de nous enchanter. Nous étions seuls avec le vent, la vue sur les montagnes et la mer toute bleue. Vous pourrez voir l’ancien monastère perché sur son rocher depuis l’hôtel ! Gros plus, l’hôtel est situé juste au dessus (à 5 minutes à pieds) de la crique « Voulolimni », une vraie petite piscine protégée des regards, des vagues et du vent par les rochers. Un vrai bonheur : Le panorama.

Jour 8 : Exploration de la presqu’île de Rodopos

La route depuis notre hôtel jusqu’à notre première étape sur la presqu’île de Rodopos prend un peu plus d’une heure. Qu’avons-nous fait sur la presqu’île ?

  • Nous avons pris un café dans le village de Ravdoucha, près de l’une de ses plages. L’arrêt n’est pas mémorable mais l’endroit est calme avec une vue superbe sur la presqu’île de Gramvoussa.
  • Nous avons ensuite fait halte dans une taverne, juste avant la plage d’Afrata. Je l’ai retrouvée sur Trip Advisor, son nom est Tis Litsas Ta Kamomata. Vous aurez une belle vue depuis sa terrasse et sa cuisine est excellente. Si vous êtes végane, vous aurez du choix.
  • Après ce repas, un petit tour à la plage d’Afrata s’est soldé par un nouvelle échec en termes de baignade car les vagues étaient vraiment beaucoup trop grosses pour moi ! La plage est minuscule, et vous y trouverez des transats. Nous n’avons pas tenté mais apparemment personne ne venait réclamer d’argent si vous les utilisiez.
  • Enchainez ensuite avec le monastère de Gonia. Pour ne rien gâcher, vous empruntez une route superbe ouverte sur la mer pour y parvenir. Entrée : 3€/personne – petit musée très intéressant – parking gratuit.
  • Nous avons ensuite directement rejoint La Canée pour y passer la soirée.

Hébergement : Nous avons séjourné 3 nuits à dans un hôtel réservé la veille via Booking et situé à 30 minutes à pieds du vieux-centre de la Canée. A condition de prévenir, vous pouvez avoir une place de parking gratuite. L’hôtel est très moderne, tout en noir et bois, avec un balcon. Un peu excentré mais ça ne nous a pas empêché de venir tous les jours à Hania (45€/nuit) : Théofilos

Jour 9 : Visite de la ville de La Canée

On l’appelle aussi Hania ou Chania. Elle fut capitale de l’île avant de rendre ce titre à Héraklion. Je n’avais pas spécialement envie d’y passer du temps et pourtant nous y avons passé 3 soirées et une journée pleine : un coup de cœur !

  • Vieille ville de la Canée : Bien entendu, prenez le temps de déambuler dans le vieux centre qui est d’un charme indéniable avec ses magnifiques immeubles de toutes les couleurs, son port vénitien et son célèbre phare ou encore ses églises.
  • Quartier Turc, quartier Juif ou encore Colline de Kastelli : Hania offre des témoignages vivants de son passé, découvrez le au fils de vos déambulations !
  • ❤ Mais prenez aussi le temps de vous en écarter pour visiter le quartier de Tabakaria : il se situe à une vingtaine de minutes à pied du port vénitien et offre un visage particulier. Dans les années à venir, tout va probablement changer dans ce quartier mais pour le moment, vous trouverez les squelettes des anciennes tanneries (tabakaria) , abandonnées depuis longtemps. Nous avons adoré pousser les portes, ouvrir les tiroirs des bureaux et découvrir de vieux papiers, découvrir d’anciennes machines … tout ça avec une vue splendide sur la mer. Vous trouverez aussi dans ce coin des spots de baignade (notamment des piscines naturelles) bien plus sympas que dans le centre de La Canée qui n’offre une plage sans grand intérêt.
Vue depuis la fenêtre d’une ancienne tannerie
  • Où manger ? Même si vous n’êtes pas végan, arrêtez-vous chez Pulse (il est conseillé de réserve le soir) : vous y trouverez une carte ultra gourmande avec des produits locaux, notamment un grand plateau de mezzes : un grand coup de cœur puisqu’on y a mangé 3 fois sur les 4 repas pris dans la ville !
Balade sur le port vénitien d’Hania

Jour 10 : Exploration de la presqu’île d’Akrotiri

Celle-ci est située à une vingtaine de kilomètres de La Canée et est particulièrement connue pour son aéroport. Mais c’est aussi un endroit formidable à explorer en une petite journée ! Que faire sur la presqu’île d’Akrotiri ?

  • Se rendre à la plage de Seitan Limani : la vue sur la petite crique aux eaux bleues claires est magnifique depuis la piste qui vous emmène. Nous n’avons pas eu le courage de descendre dans la gorge mais rien que l’endroit vaut le coup d’œil ! Venez tôt car le parking est tout petit … tout comme la plage !
  • Randonnée depuis le monastère de Gouverneto : Cet endroit est immanquable ! Vous entrez dans la propriété du monastère puis poursuivez par un chemin balisé en escalier. Vous passerez par la grotte de Katholico (autrefois habitée par Saint Jean l’Ermite) , très vaste et dans laquelle est dressée un autel. Poursuivez encore pour découvrir le monastère de Katholico, abandonné au 15ème siècle. J’ai trouvé ce lieu absolument magique. Nous avons encore poursuivi pour découvrir une petite crique où, la légende le raconte, les moines cachaient les bateaux. Il est normalement interdit de s’y baigner mais aucun panneau ne le stipule alors les gens s’en donnent à cœur joie ! Comptez-bien 30/40 minutes depuis le monastère de Gouverneto jusqu’à la crique et plus pour remonter. Nous n’avons pas visité le monastère car il est fermé de 12h à 17h.
Crique du monastère de Katholico
  • Visite du monastère d’Agia Triada (2,5€/personne) : ce monastère est magnifique et vaut bien la visite ! Vous y trouverez un petit musée et une boutique de produits locaux.
  • Plage de Stavros : c’est la plage où a été tournée l’une des scènes de Zorba le Grec, et vous ne pourrez pas louper l’information en arrivant. Le panorama est absolument magnifique, l’eau chaude, la baignade délicieuse. J’ai adoré m’y baigner même s’il y avait pas mal de monde sur le plage.

J’ai adoré cette journée et l’exploration de cette presqu’île. Certains de ces endroits sont accessibles en transports en commun, pour d’autres il vous faudra un véhicule personnel.

Jour 11 : sur la route d’Heraklion

Nous avons profité de cette journée pour nous arrêter à plusieurs endroits. Si vous tracez votre route depuis La Canée jusqu’à Héraklion, vous pourrez faire les 142km en un peu plus de 2 heures. Pour notre part, voici ce que fut notre programme :

  • Baignade au Lac de Kournas (43km de La Canée) : il s’agit du seul lac d’eau douce de Crète. Nous avons laissé notre voiture au premier parking mais vous pouvez continuer. Prenez un verre avec vue sur le lac, l’endroit est magnifique entre l’eau turquoise, et les montagnes qui le ceinturent. J’ai ensuite pris un grand plaisir à me baigner. Il parait que l’on peut y voir des tortues. Ce qui est sur, c’est qu’en louant un pédalo, vous décuplerez vos chances de les débusquer !
Halte au magnifique Lac de Kournas
  • Visite de la grotte de Sfendoni (5€/personne) : Située à l’entrée du village de Zoniana et à une quarantaine de kilomètres d’Héraklion, c’est une visite que l’on recommande. D’une part car elle se trouve dans un lieu splendide, vous attendrez la visite guidée dans un café avec une vue fabuleuse sur la vallée. Et d’autre part car la grotte en elle-même est impressionnante. La visite guidée est en anglais mais on nous a remis un petit fascicule en Français.

Nous avons passé environ 3h sur la route ce jour-là entre petites routes de montagne et autoroutes. Et c’est aussi le jour où nous avons découvert … les tremblements de terre. C’est très impressionnant, notamment car il y a eu beaucoup de répliques, mais sans conséquences pour nous. Malheureusement dans certains villages il y a eu des dégâts humains et matériels.

Hébergement : Nous avons séjourné 3 nuits dans un hôtel réservé quelques jours auparavant via Booking. Celui-ci est situé à environ 3km de l’aéroport. Attention en revanche, à moins de vouloir prendre les voies rapides (on a essayé … et c’est suicidaire), vous ne pourrez pas y aller à pieds et il n’y a pas de bus. Donc pour vous déplacer c’est soit taxi (15€ pour aller à l’aéroport) ou avec votre véhicule. Points positifs : l’hôtel est doté d’une chouette piscine, nous avions un balcon vue mer et il y a une belle plage en contrebas. En revanche, si vous ne supportez pas le bruit des avions, ne résidez pas là, vous allez en voir toutes les 5 minutes (ce qui ne m’a pas gêné). Nous avons eu la chambre au tarif de 38€/nuit fin septembre : Karteros

Jour 12 & 13 : Héraklion et alentours

Le rythme s’est calmé pour ces deux derniers jours au cours desquels nous avons :

  • Visiter le centre d’Héraklion : J’étais terrassée par des douleurs menstruelles qui m’ont empêché de faire ce que je souhaitais, à savoir les visites de musée. Et … le seul monument que nous avons tenté de visiter était fermé ce jour là, à savoir la Forteresse d’Héraklion. Nous avons quand même pris le temps de flâner sur le port vénitien, sur ses fortifications et dans le centre. Ce n’est pas un coup de cœur mais la capitale de la Crète mérite qu’on lui consacre une bonne demi-journée, plus si vous comptez visiter ses musées.
Port vénitien d’Héraklion
  • Visite du site minoen de Malia (6€/pers) : Nous avons zappé Knossos, et n’ayant hélas pas eu le temps de visiter celui de Phaistos, les plus célèbres site minoen de Crète, nous nous sommes rattrapés en nous rendant à celui de Malia, situé à 25km d’Héraklion. Je le reconnais, on est plus dans la partie Est de l’île, mais je vous le glisse quand même. N’hésitez pas à faire un tour à la page qui jouxte le site, il y avait beaucoup de vagues et du monde mais ça reste agréable.
  • Et clap de fin sur ces vacances puisque nous avons rendu la voiture de location vers 16h30 et sommes retournés à l’hôtel. Après une balade sur la plage (sous le bruit des avions !), nous avons profité de la piscine et de notre toute dernière soirée en espérant ne pas revivre de tremblements de terre !

Connaissez-vous l’île de Crête ? Si oui, quels sont vos endroits préférés ?

[France] Puy de dôme en été : que faire en 2 semaines ?

Vue sur le Puy de Dôme depuis le Puy de Pariou

Après le Jura, Aix en Provence et la Bretagne en 2020, c’est au tour de l’Auvergne en 2021. Nous sommes partis 12 jours et 13 nuits dans le Puy de dôme au mois de juin. Retrouvez dans cet article une sélection de lieux à voir, de randonnées à faire et d’endroits où se loger. Nous nous sommes concentrés sur un seul département de cette merveilleuse région qu’est l’Auvergne pour prendre le temps de bien découvrir. Il y a tant et tant à faire que vous ne vous ennuierez pas.

Itinéraire de 2 semaines dans le Puy-de-Dôme

Nous avons sélectionné 4 logements pour pouvoir ensuite rayonner autour et couvrir ainsi une grande partie du département :

  • La Bourboule
  • Murol
  • Clermont-Ferrand
  • Châtel-Guyon

Visualisez-les sur la carte :

2 jours à La Bourboule : que faire et où loger ?

Où se loger à la Bourboule ?

Pour commencer, nous avons séjourné 2 jours à la Bourboule. Un choix que nous ne regrettons pas, pour deux raisons :

  • La ville est idéale pour rayonner dans la région du Sancy et du Mont Dore;
  • Nous avons été totalement séduits par le charme désuet et le calme tranquille de cette cité thermale.

L’hôtel que nous avons choisi a été un enchantement, tout comme la séance de SPA privative d’une heure (36€ pour 2) : il s’agit du Parc des Fées .

Que faire autour de la Bourboule ?

Nous avons choisi cet emplacement pour nous trouver proches du Puy de Sancy et du Mont Dore. Voici les principales activités de nos 2 jours sur place :

  • Ascension du Puy de Sancy : nous nous sommes garés à une dizaine de minutes à pieds sur un parking gratuit. Ensuite, pour démarrer doucement nous avons pris un aller simple en téléphérique pour monter au sommet (11€) avant de redescendre à pieds (comptez 1h30).
  • (Petite) Randonnée pour voir la Grande Cascade : il s’agit d’une promenade balisée partant des thermes du Mont Dore pour découvrir la Grande Cascade. Celle-ci n’est pas longue mais grimpe sec !
  • La ronde des cascades : Il s’agit d’une promenade facile d’environ 1h pour découvrir les cascades du Queureuilh et du Rossignolet.
  • Le lac de Guéry et la cascade des mortes : cette superbe randonnée vous emmène découvrir le plus haut lac du Puy de Dôme et ses environs. Au cours de ses 6km, vous traversez de magnifiques paysages et apercevez la cascade des mortes. Les départs de promenade se font face au Centre Montagnard du Cap Guéry.
  • Roches Tuilière et Sanadoire : à droite du parking du col de Guéry se trouve un belvédère donnant sur ces curieuses concrétions rocheuses. Des chemins de randonnée vous y emmènent. Nous nous sommes contentés de la vue.
  • Col de la croix saint Robert et Col de la Croix-Morand : vous serez probablement amenés à emprunter ces cols durant vos trajets. Vous pouvez vous y arrêter pour profiter des vues imprenables sur le Sancy et y randonner.
  • Visite de la Bourboule : ne ratez pas son magnifique parc Fenestre, et déambulez dans sa rue principale. Il n’y a pas grande chose à faire, mais c’est agréable de sortir y diner et boire un verre.
Lac de Guéry

5 jours à Murol : que faire et où loger ?

Où se loger à Murol ?

Nous avons passé 5 nuits à Murol qui est une excellente base d’exploration. Pour nous loger, nous avons choisi sur Air bnb un hébergement troglodyte sur les hauts de la ville, doté d’une petite cuisine. Choisissez votre hébergement : locations à Murol

Murol n’est pas très loin de La Bourboule mais nous avons choisi cette ville pour nous rapprocher de l’est du département, même si en soi cela ne fait pas beaucoup de différence de route.

Que faire autour de Murol ?

Voici les principales activités de nos 5 jours à Murol dans le Puy de Dôme :

  • Lac de Servières : situé dans la chaine des Monts d’Or, il s’agit d’un maar, c’est-à-dire un cratère rempli d’eau. Prenez le temps d’en faire le tour car le lieu est magnifique et la balade très facile.
  • Ville d’Orcival : Profitez-en pour faire un saut à Orcival, une jolie petite ville abritant la Basilique Notre Dame d’Orcival, l’une des 5 églises majeures d’Auvergne.
  • Ville de Saint Nectaire : la jolie ville abrite également une église romane majeure, elle se dresse sur le mont Cornadore dans le haut de la ville. Nous n’avons pas visité les grottes de Cornadore mais celles-ci sont l’attraction principale de la ville.
  • Lac Pavin et Puy de Montchal : le lac Pavin est l’un des plus connus du département, notamment pour ses eaux Turquoises. Avec ses 92 mètres de profondeur, ce maar est le plus profond du Puy de dôme. Nous avons choisi de faire une randonnée couplant le tour du lac et l’ascension du Puy de Montchal. Vous en douterez une grande partie du parcours, mais vous aurez une vue magnifique au sommet du Puy (1450 mètres). Prenez ensuite un verre au restaurant du bord de lac. Il y a des parkings gratuits proches du lac mais venez tôt (vers 9h30).
  • Les grottes de Jonas : il s’agit d’un ancien site troglodyte creusé par l’homme et situé à  Saint-Pierre-Colamine. La vue sur la vallée de la couze Pavin. L’entrée est à 8,50€ et la visite (non guidée) dure environ 1h.
  • Le village des Roches de Perrier : il s’agit également d’un site troglodyte mais celui-ci a été habité jusqu’en 1945, date à laquelle la dernière habitante est partie. A la différence des grottes de Jonas, l’entrée est libre. Vous trouverez quelques panneaux explicatifs, le site est restauré patiemment par des passionnés. Nous avons adoré ce moment et les vues sublimes sur le plateau de Perrier.
  • Lac de Chambon : idéal pour se baigner car peu profond (donc moins froid) ! Nous avons préféré la plage de Murol que celle de Chambon mais si vous avez le temps, profitez des deux. Vous pouvez également faire le tour du lac à pieds. Résidant à Murol nous sommes venus plusieurs fois nous y baigner et boire un verre.
  • La vallée des Saints : Depuis le parking aménagé à la sortie de Boudes, la balade en boucle vous emmène découvrir de curieuses formations géologiques de terre rouge. Vous traversez de superbes paysages sur 6 km, soit environ 2h de marche.
  • Une randonnée dans le Cézallier : Nous vous proposons une merveilleuse randonnée en plein cœur du sauvage Cézallier. Départ et retour à la Godivelle, passage du lac d’en bas et du lac de Saint Alyre, cette randonnée est un véritable enchantement, en dehors des sentiers battus. Voir le parc : Randonnée dans le Cézallier
  • Château de Murol : dominant sur son éperon rocheux, ce château médiéval offre une vue magnifique sur les environs de Murol. Nous ne l’avons pas fait mais il se visite (10,50€ l’entrée). Les routes pour arriver à Murol offrent des points de vue spectaculaire sur le château.
Randonnée dans le Cézallier

4 jours à Clermont-Ferrand : que faire et où loger ?

Où se loger à Clermont-Ferrand ?

Nous avons choisi de loger en plein centre ville de Clermont-Ferrand, près de la place de Jaude durant 4 nuits. Cet emplacement, situé à deux pas de la vieille ville, est absolument idéal pour sortir boire un verre le soir et explorer la ville en journée. Nous avons choisi la ville de Clermont pour bénéficier des restaurants et de la vie urbaine tout en étant à proximité des Puys que nous voulions découvrir. Nous ne regrettons pas notre choix, Clermont est une ville très agréable et vivante !

Nous avons opté pour un appart hôtel avec une petite cuisine (idéal pour préparer ses repas de pique-nique). Si vous avez une voiture, la formule la plus simple est de prendre un ticket de parking auprès de l’hôtel pour accéder au parking du centre commercial (10,5€/jour) avec entrées et sorties illimitées. Il y a pas mal de choix, nous avons opté pour Privilodges et avons été pleinement satisfaits.

Que faire autour de Clermont-Ferrand ?

La ville est idéale pour rayonner autour, vous êtes à proximité de la chaîne des Puys (environ 10 minutes en voiture du Puy de Dôme), et vous avez des navettes pour vous y emmener.

  • La vallée des usines de Thiers : nous avons fait un crochet par la ville de Thiers. Celle-ci n’était pas prévue au programme mais en relisant mon guide, j’ai eu très envie de découvrir la vallée des usines. Ville de Coutellerie, Thiers a conservé son passé industriel le long de la Durolle. Découvrez ce lieu insolite via ses chemins de randonnée. Profitez-en pour visiter le remarquable centre-ville médiéval. Vous trouverez de nombreux parkings souterrains gratuits !
  • Le Puy de Dôme : bien entendu immanquable, nous avons commencé par le plus célèbre des Puys d’Auvergne. Vous pouvez monter et/ou descendre avec le téléphérique ou via le Sentier des Muletiers. Nous avons choisi la seconde option. Démarrant au parking du Col de Ceyssat, le sentier d’1,9km et ses 350 mètres de dénivelé vous amènent au sommet en 1h environ (45 minutes pour les plus sportifs), sans compter les innombrables pauses pour admirer la vue. Visitez le petit musée au sommet et admirez le temple de Mercure. Nous y avons passé plusieurs heures, le temps de bien en faire le tour.
  • Le Puy Pariou et les grottes de Clierzou : le Puy Pariou est visage des volcans d’Auvergne dans la pub Volvic. Seul cratère non rempli d’eau, il est fréquenté par d’innombrables moutons. En vous garant sur le parking des Goules, vous trouverez plusieurs chemins de randonnées vous menant au sommet. Profitez pour vous rendre au sommet du Puy de Clierzou pour découvrir les grottes creusées par les romains pour extraire les roches qui ont servi à construire le temps de Mercure. En tout cette randonnée en boucle fait environ 10km.
  • Le lac d’Aydat : plus grand lac naturel d’Auvergne, situé au Sud de Clermont Ferrand, ce lac est idéal pour se baigner.
  • Village de Saint Saturnin : situé à une quinzaine de km de Clermont Ferrand, ce joli village abrite l’une des 5 églises majeures d’Auvergne tout comme Saint Nectaire et Orcival.
  • Clermont-Ferrand : ne manquez pas la visite de la ville avec son incroyable Cathédrale noire construite en pierre de Vichy, ses innombrables terrasses de café, sa basilique ou encore Montferrand, son quartier médiéval.
Vallée des usines de Tiers

2 jours à Châtel-Guyon : que faire et où loger ?

Où se loger à Châtel-Guyon ?

Châtel-Guyon étant une ville d’eau, nous nous sommes arrêtés deux nuits dans un hôtel SPA avec piscine, sauna, hamman et jacuzzy. De quoi se faire plaisir avant de terminer notre voyage. Nous avons opté l’hôtel Thermalia, parfait en tout point : les infrastructures SPA (même si le patron avait l’air un peu tête en l’air), l’accueil (on est repartis avec un petit déjeuner offert le dernier jour), une belle chambre. C’est au-dessus de notre budget habituel mais ça valait le coup.

Nous avons choisi cet emplacement plus pour l’hôtel que les activités, mais au cours de nos 2 jours, nous en avons profité pour visiter le coin.

Que faire autour de Châtel-Guyon ?

  • Découvrir les méandres de Queuille : le belvédère aménagé vous offre un superbe panorama sur cet impressionnant méandre de la Sioule. Nous en avons profité pour faire une randonnée (sous la pluie) dans la forêt. Le chemin menait au viaduc des Fées mais compte-tenu de la météo, nous avons bifurqué avant. Soit une promenade d’environ 6km, très agréable. Le site se trouve au cœur des Combrailles.
  • Ville de Riom : Ancienne capitale administrative de la région, cette ville mérite le détour. Vous y découvrirez 16 monuments classés, notamment la Tour de l’Horloge ou la Sainte Chapelle, ainsi que deux musées.
  • Ville de Châtel-Guyon : nous avons passé plus de temps à barboter dans la piscine et nous relaxer au SPA qu’à visiter mais nous recommandons de vous rendre au point culminant de la ville car vous y trouverez un belvédère offrant une très belle vue sur la chaîne des puys.
Les méandres de Queuille

Puy-de-Dôme : on y va ou pas ?

Le département du Puy de Dôme est sensationnel, les paysages d’une beauté à couper le souffle. Vous trouverez des belvédères partout dans cette région de montagne verdoyante au printemps. J’ai particulièrement aimé les environs du Mont Dore et la région du Cézallier qui n’abritent aucune grande ville et ont donc su préservé un paysage fait d’estives, de petits villages et d’impressionnant monts. Etant venu avec notre voiture personnelle, je ne saurais vous dire s’il est aisé de se déplacer uniquement en transport en commun. Je n’en ai pas l’impression.

Manger végan dans le Puy-de-dôme : c’est possible ?

Oui, c’est possible. Mais pas fou ! Nous avons opté pour des logements avec cuisine une partie du séjour pour préparer nos pique-niques et nous faire à dîner. Au cours de nos repas au restaurant, le choix était relativement restreint : pizzeria (pizza sans fromage), pizza dominos (ils ont des choix végans), ou japonais à volonté (près de Clermont-Ferrand l’un d’eux propose de nombreuses options végétales). A Clermont-Ferrand, nous avons deux bonnes adresses végan-friendly à vous donner :

  • Le Yack : restaurant tibétain qui comprend une bonne palette d’options végétariennes et végétaliennes
  • Le Vinyl Bar & Restaurant : vous y trouverez un large choix d’entrées et de plats végétaliens. Tous les burgers sont au Beyont Meat, trop proche de la viande au goût, mais j’ai obtenu une version au tofu pour remplacer.

Connaissez-vous le Puy-de-Dôme ? Si oui, quels sont vos coins préférés ?

[France] Bretagne Nord : quel itinéraire en 14 jours ?

Nous devions partir en Sicile, pour la seconde fois cette année. La première fois, le confinement la semaine du départ nous en a empêché. La seconde fois, alors que je réservais les billets tout en gardant un œil sur le site du gouvernement, c’est la mise en place du test PCR qui m’a refroidie. J’ai pris connaissance de cette nouvelle mesure une petite heure après l’achat des billets. Etant donné le délai pour obtenir les résultats, j’ai annulé dans les 24 heures, soit 39€ de frais. Comme au mois d’août, j’ai opté pour la « sécurité » en partant en voiture découvrir la Bretagne Nord. Est-ce que je regrette ? Absolument pas. Même si je n’ai pas pu me baigner ahah.

Où aller en Bretagne Nord ? Je vous donne mon itinéraire pour 14 jours sur les routes !

Lire la suite de « [France] Bretagne Nord : quel itinéraire en 14 jours ? »

[France] 6 jours dans le Jura en été : que faire ?

Ayant été obligés de poser des congés en août, me voilà cherchant frénétiquement où passer cette semaine de vacances. Si ce n’était ni prévu ni souhaité au démarrage, j’ai apprécié de pouvoir souffler après 10 mois sans vacances, si l’on excepte les quelques jours passés à Aix en Provence, et des mois mouvementés. Vous prévoyez des vacances dans le Jura ? Suivez le guide ! Lire la suite de « [France] 6 jours dans le Jura en été : que faire ? »

[France] Un grand weekend à Aix-en-Provence : 5 choses à faire

Que faire vers Aix en Provence ?Que faire vers Aix-en-Provence ? Des dizaines de choses vous me répondrez, et vous aurez raison ! Je vous propose de retrouver dans cet article le programme que je me suis construis durant quelques jours dans cette magnifique région. Descendus pour un mariage, nous en avons profité pour prendre quelques petits jours supplémentaires afin de découvrir les parages. Grand bien nous en a pris. Vous trouverez dans cet article les endroits que nous avons visités et retrouverez les balades/randonnées que nous avons faites.  Lire la suite de « [France] Un grand weekend à Aix-en-Provence : 5 choses à faire »

[France] 3 idées de weekend vert dans l’Eure, en Normandie.

Weekend dans l'Eure

Pour profiter du déconfinement sans braver les interdictions, nous avons profité du weekend de l’Ascension pour nous rendre en Normandie, dans l’Eure. Ayant des projets dans ce coin, c’est l’occasion de bien découvrir la région depuis la plaine autour d’Evreux jusqu’aux beaux villages de la vallée de la Seine, Lyons-la-foret et les Andélys. Hélas il vous faudra une voiture, les gares dans le coin étant plutôt rares et relativement peu desservies. Lire la suite de « [France] 3 idées de weekend vert dans l’Eure, en Normandie. »

[Belgique] 3 jours à Anvers : ce que j’ai préféré !

Aujourd’hui j’avais envie de vous écrire un article un peu différent de mes traditionnels « Que faire à Trifouillis en 2/3/6 jours ?« . J’ai tellement aimé la ville d’Anvers que j’ai envie de vous proposer mes « moments préférés« : musées, églises et ballades. D’une part car je n’ai pas fait le quart de ce que propose Anvers comme activités et d’autre part car c’est sympa de partager ses coups de cœur. Lire la suite de « [Belgique] 3 jours à Anvers : ce que j’ai préféré ! »