[Maroc] Que faire en deux jours à Rabat, la douce capitale Marocaine ?

 

2 jours à Rabat la capitale Marocaine

Rabat, cœur politique et administratif du Maroc, n’en est pourtant pas le poumon économique, et cette ville posée, sur la côte Atlantique, vibre avec douceur. Si vous passez par là, je vous indique ce qu’il ne faut pas manquer. 

Programme de l'article
  1. Un coup de cœur pour Rabat, la capitale Marocaine
  2. Où dormir et manger (végan) à Rabat ?
  3. Se garer à Rabat, une galère ?
  4. Pourquoi s’arrêter à Rabat ?

Itinéraire Meknès Rabat Voyage au Maroc

Un coup de cœur pour Rabat, la capitale  Marocaine

Après un dernier somptueux petit déjeuner et des embrassades avec nos hôtes, nous avons quitté Meknès vers 9h. Nous arrivions, sans encombre, sur les hauteurs de la capitale, vers 11h30. La première impression de bonheur nous fut laissée par la fraîcheur de cette bise Atlantique qui nous accueillait, après la touffeur des villes impériales.

Que faire à Rabat en 2 jours ?

Rabat se compose d’une traditionnelle et bouillonnante médina, du quartier du palais royal, de la ville moderne et du quartier de l’Agdal. Comme à l’habitude, je vous propose de me suivre dans mes pérégrinations plutôt que de vous produire une liste exhaustive des lieux à visiter.

La nécropole de Chellah et ses 300 cigognes

Nous avons commencé notre visite de la ville par ses hauteurs, à environ 2km du centre ville, en nous arrêtant à la Nécropole de Chellah. Il n’y avait pas une voiture sur le parking, juste des jardiniers qui arrosaient allègrement les pavés en plein midi. Je vous le dis tout net : j’ai adoré la visite de ce site archéologique situé dans un parc paysager splendide et habités par environ 300 cigognes.  Si vous êtes amoureux des animaux, poussez jusqu’au bassin aux anguilles, vous y trouverez la “maison des chats”, et leur gardienne, qui se surnomme affectueusement leur Maman. Ruines romaines et nécropole Mérinide se côtoient dans ce lieu enchanteur, choisi à l’origine en 1234 par le Sultan Abou Youssef Yacoub pour abriter les tombeaux de la dynastie des Mérinides. Il y est lui-même inhumé avec son épouse.

Nécropole de Chellah à Rabat - vue d'ensemble

Nécropole de Chellah à Rabat, les cigognes gardent les ruines

Rencontre avec les cigognes de la nécropole de Chellah à Rabat

Tarif : 70 dh/pers – un guide nous a proposé ses services à l’entrée mais sans insister (50 – 100dh / groupe pour un guide).

Un tour au  Parc du triangle de vue puis dans la médina

Au sortir du quartier des administrations et avant de plonger dans la médina effervescente, prenez un bain de verdure et de tranquillité dans le joli jardin du triangle de vue, renommé Nouzhat Hassan. Plus ancien parc de la capitale, d’une surface de 4 hectares, il a été conçu au début des années 1920 par le Maréchal Lyautey. Traversez ensuite le boulevard et entrez dans la médina construite au 16ème siècle pour accueillir les réfugiés musulmans d’Andalousie chassés par Isabelle de Castille lors de la Reconquista puis l’Inquisition en 1502. Si elle est moins pittoresque et touristique que celles Fès ou Marrakech, nous en avons eu un aperçu très bouillonnant en cette  fin de ramadan. Je pense que nous n’avons pas visité toutes les ruelles, mais avons eu plaisir à nous y perdre. Ici personne ne vous suivra, ne vous proposera de vous guider contre votre gré, si vous n’embêtez personne, personne ne vous embêtera.

Une ballade sur le front de mer

Sortez ensuite de la vieille ville pour humer l’air frais de l’Océan. Partez du Dhow, l’impressionnant bateau à voiles amarré sur le Bouregreg face à la médina, puis remontez le front de mer en prenant le pouls de la ville. Le dimanche, le front de mer était fréquenté par les jeunes (garçons) venus plonger dans l’Atlantique, on a passé un certain temps à les observer depuis l’un des cafés ouverts durant le ramadan et donnant sur le front de mer.  Vous pouvez prendre également une boisson au Dhow, le bateau est assez féerique pour un café, cependant, les prix sont bien plus élevés qu’ailleurs.

Une Ballade sur Front de mer à Rabat et vue sur Salé

Esplanade de la Tour Hassan et Mausolée Mohamed V

Remontez ensuite vers la Tour Hassan, minaret inachevé de 44 mètres de hauteur quand il été programmé pour culminer à 80. L’entrée est gardée de chaque côté par deux gardes montés sur de magnifiques chevaux blancs, la relève de la garde étant impressionnante de précision. La grande mosquée que projetait de construite le sultan Yacoub el-Masour n’a jamais vu le jour, mais il reste néanmoins ce minaret, une grande esplanade et quelques colonnes tronquées. Un joli bassin a été ajouté à l’entrée de la mosquée souterraine construite par la suite dans les soubassements originaux.

Gardes à cheval à l'entrée de l'esplanade du Mausolée Mohamed V Rabat

Tour Hassan II à Rabat

Traversez ensuite l’esplanade et rendez-vous au Mausolée Mohamed V, celui-ci est ouvert, gratuitement, de 8h au coucher du soleil en théorie. Venez quand même bien avant le coucher du soleil, car cette heure approximative est sujette à interprétation. Il aura fallu dix ans, 400 artisans et un architecte Vietnamien, pour mener à bien la construction de ce somptueux édifice respectant tous les codes de l’architecture Marocaine. Le luxe de l’intérieur est ravissant avec bois précieux, et sarcophage royal couvert d’onyx sous sa coupole dorée à la feuille.

Mausolée Mohamed V à Rabat

Tarif : Gratuit, entrée libre.

Promenade dans la ville nouvelle

La ville moderne de Rabat est accolée à la médina, juste séparée par un boulevard, et mérite votre attention. Construite par l’urbaniste Henri Prost sur la demande du Général Lyautey, celle-ci est construite  autour d’un terre plein central arboré et fréquenté par les locaux. C’est aussi dans ce quartier que vous trouverez les principaux commerces, restaurants et cinémas. Gardez l’œil ouvert, le street art et les fresques monumentales tout comme les bâtiments arts déco sont caractéristiques du quartier. Vous y trouverez également la seule Eglise de la ville, la Cathédrale saint Pierre, relativement récente et recelant des vitraux et un orgue superbe.

Un bâtiment art déco à Rabat au Maroc

une fresque de street art à Rabat Maroc

La casbah des Oudayas et le jardin Andalou : coup de coeur

Je vous ai gardé le meilleur pour la fin. Le second jour nous avons filé rapidement après le petit déjeuner pour découvrir la casbah des Oudayas avant les cars de touristes. Si vous êtes de passage à Rabat, priorité à ce merveilleux quartier. Perchée sur sa colline et dominant la côte et les plages, c’est l’une des premières constructions arabes de la ville. Autrefois habité par d’anciens pillards reconvertis en gardiens de Rabat, les Oudayas, le site a conservé son charme ancestral qu’aucune construction récente ne vient défigurer. Flânez au hasard de ses ruelles blanches et bleues. En suivant la rue principale, rue Jemaa, vous arrivez sur une grande terrasse panoramique, la plateforme de l’ancien Sémaphore, d’où vous aurez vue sur la ville de Salé, l’embouchure, le cimetière El-Alou, les plages et l’Océan.  Aucun guide officiel ne vous offrira ses services, mais quelques rabatteurs, à qui il suffit de dire non gentiment.

Une ruelle dans la Casbah des Oudayas à Rabat

les murs blancs et bleus de la Casbah des Oudayas à Rabat

Une porte dans la Kasbah des Oudaias à Rabat

Sémaphore et vue sur l'océan à Rabat

Nous nous sommes arrêtés au Café Maure qui domine la mer, touristique mais très agréable malgré des vendeurs de pâtisseries un brin insistants (14 dh la patisserie, 10 dh le thé à la menthe). Il est situé entre la Casbah et le jardin Andalou.

Continuez en pénétrant dans le Jardin Andalou (entrée libre), une véritable merveille de tranquillité et de verdure qui abrite le Musée national des bijoux ayant investi l’ancienne maison d’été de Moulay Ismail, et désormais rouvert à la visite après rénovation (10dh). Dans ce havre de paix, vous oubliez complètement le temps, et l’agitation de la ville. La Casbah des Oudaias est un très grand coup de cœur de ce séjour à Rabat.

Jardin Andalou à Rabat, vue par la porte depuis le café Maure


Où dormir et manger (végan) à Rabat ?

J’aurais pu ajouter “en période de ramadan” car il est très difficile de trouver un restaurant ouvert le midi en plein ramadan et certains sont fermés durant toute la période ou quelques jours avant l’aid. Comme nous avions pris l’habitude de jeûner le midi depuis le début du voyage, ce ne fut pas une contrainte trop gênante. En cas de fringale, vous avez le marché de la médina pour vous ravitailler.

Où dormir : Dar Rehab

Nous avons réservé quelques jours à l’avance. L’offre petit budget n’est pas pléthorique à contrario des autres régions traversées. Nous avons réservé deux nuits en chambre double avec salle de bain partagée à l’hôtel Dar Rehab situé en plein cœur de la médina. La décoration de l’entrée est superbe, l’accueil très discret mais courtois et souriant, la chambre sans ornement superfétatoire mais confortable avec ventilateur. Ce qui pêche c’est la salle de bain, partagée par les six chambres de l’étage, et, de ce fait, pas tout à fait impeccable. Le petit déjeuner, copieux et entièrement végétarien, n’est pas servi avant 8h30. Si vous êtes végétalien, pas de panique, prévenez simplement que vous ne mangez pas d’œuf.

Tarif : 30€ la nuit + 3€ de taxe/nuit par personne ( 42€ la nuit) – juin 2019

Réserver votre hébergement : Logements à Rabat – Maroc

Manger (végan) à Rabat

Oubliez votre déjeuner si vous séjournez à Rabat en période de ramadan, nous nous sommes cassés les dents et avons continué de jeûner. Le soir plusieurs des restaurants où nous souhaitions dîner était fermés. Voici ceux vers qui notre choix s’est reporté :

  • Al Shami House : Restaurant Syrien situé non loin de la médina, s’il était un choix par défaut, il s’est avéré enthousiasmant grâce à la carte d’entrées Syriennes parfaitement végétaliennes, nous rappelant très fortement la cuisine Libanaise et à petit prix.  Une salle à l’étage, plus calme, peut également vous accueillir. Nous en avons eu pour 85 dh pour 5 entrées.
  • Le petit beurre : Nous voulions manger un couscous, c’était notre fantasme, notre idée fixe. Le petit beurre affichait un couscous “servis tous les jours”, alors nous n’avons pas hésité. Le restaurant affiche des prix moyens de gamme, un peu plus chers que ceux dont nous avions pris l’habitude, il faut dire qu’il attire une clientèle touristique Européenne. Nous avons pris deux couscous aux légumes et une entrée pour 205 dh. L’accueil fut un peu froid ce soir là.

Lire aussi : 3 semaines de road-trip au Maroc, itinéraire et conseils

Se garer à Rabat, la galère ?

On a cru que ça allait l’être car, arrivés en milieu d’après-midi alors que tous les habitants des environs semblaient s’être donné rendez-vous dans la médina, nous ne trouvions pas de place sur les parkings publics (paiement à l’heure: 2dh/heure). Par hasard, nous avons trouvé un parking privé en face d’une station essence et nous y avons déposé la voiture, pas spécialement rassurés parce que le gardien ne parlant pas Français ne nous a pas répondu quand on a demandé si c’était bien un parking, qu’il ne portait pas de gilet fluo et que l’endroit ressemblait plutôt à une casse avec de vieilles voitures très abîmée. Et pourtant c’est bien dans ces parkings que nous vous recommandons de garer votre voiture et non sur les parkings publics. D’autant que nous avons rencontré cette adorable créature et ses 7 frères et sœurs :

chiots marocain craquant

Tarif : 25 dh les 24 heures

Pourquoi s’arrêter à Rabat ?

La ville est avant tout la capitale politique et administrative du pays, pas spécialement réputée pour son potentiel touristique. Et pourtant, ou grâce à cela, c’est une étape qui me laisse un souvenir de paix et d’émerveillement. Nous l’avons parcourue à pieds sur une journée et demi, et je suis tombée amoureuse de son front de mer, de son chellah sur les hauteurs et surtout, de son authentique et dépaysante Kasbah des Oudaias. Le tourisme de masse n’a pas (encore) fait de ravages, le touriste reste libre de ses mouvements, et les gestes de bienveillance nous ont toujours semblé désintéressés. Si les gens veulent de l’argent, ils mendient et le demandent franchement. Une étape particulièrement charmante, douce, et fraîche au bord de l’Océan Atlantique que je vous recommande plus chaleureusement que ses températures !

Femme regardant l'Ocean depuis la terrasse de la Casbah des Oudayas à Rabat

Connaissez-vous Rabat ? Avez-vous déjà envisagé de visiter la capitale ?

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s