[Indonésie] Sulawesi : Voir des requins-baleines à Gorontalo.

Nous sommes partis de Pulau Bunaken par le bateau public de 8h30. Notre objectif était de rejoindre Gorontalo, où nous passerions 2 jours avant de prendre le ferry pour les îles Togian. Tout ne s’est pas encore passé comme prévu !

Rejoindre Gorontalo depuis Manado

Etape 1: bateau de Pulau Bunaken à Manado

Les bateaux pour Manado fonctionnent selon un système qui reste assez obscur pour nous. Toutefois, vers 8h30, un ou plusieurs bateaux rejoignent tous les jours, sauf le dimanche, l’embarcadère de Manado. Attention, les bateaux publiques ne partent pas de la jetée. Allez en direction de l’église du village de Bunaken, il y a deux embarcadères. Dans tous les cas votre resort et les habitants vous indiqueront le chemin, sur Bunaken les gens sont vraiment serviables ! Le bateau part un peu avant 9h, et pourra éventuellement faire un autre stop pour récupérer des passagers sur l’île. La traversée dure environ 45 minutes.

Deux solutions :

  • Bateau public : tous les jours sauf le dimanche, vers 8h30 (50 000IDR/pers)
  • Speedboat : organisez le transport avec votre ressort ou des locaux (le prix sera variable mais certainement plus élevés que pour le bateau public)
Il y a pire comme moyen de transport ..!
Etape 2 : De l’embarcadère à la station du bus

Les bus pour Gorontalo partent de la station de bus Melalayang. Pour nous y rendre nous souhaitions prendre un grab mais nous n’avons vu que des grab à moto. Alors un bémo, sorte de mini bus de ville, s’est approché de nous et nous a demandé une somme un poil trop importante, nous avons dit non d’un air ennuyé, 5 secondes plus tard, le prix avait diminué de moitié et nous semblait raisonnable alors on a dit oui (25 000IDR/pers). Il y a environ 9km entre l’embarcadère et la station de bus. Ici on fait juste une tête ennuyée et les prix diminuent comme par magie, ça j’aime bien !  Nous sommes donc arrivés à la station de bus …

Etape 3 : de la station de bus de Manado à Gorontalo

Et là … C’est le drame. Nous avions l’information suivante : le bus part à 14h et met une dizaine d’heures pour rejoindre Gorontalo (100 000 IDR/pers).

Sauf que lorsque nous arrivons, nous ne trouvons pas l’endroit d’où part le bus ni où acheter un ticket. Arthur monte des escaliers et se retrouve avec deux policiers qui nous annoncent que le bus est “abis”, comprenez “parti”. On se regarde en se disant qu’ils plaisantent mais il n’ont pas l’air et nous disent d’emprunter un “illegal taxi”. Bon, si des policiers nous disent de prendre un taxi illégal … mais si jamais nous le souhaitons, ils nous proposent un abri pour la nuit et de prendre le bus le lendemain. Celui qui parle bien anglais avise même une voiture pour nous afin de demander le prix, mais quand on descend à notre tour, la voiture a disparu.

Alors un autre homme nous demande ce que nous cherchons, on lui répond et il nous dit que le bus part à 14h. Ça concorde avec nos infos, on se dit qu’il doit y avoir plusieurs compagnies. Sur ce un autre homme, encore, nous demande si nous voulons aller à Gorontalo, on répond oui, il nous dit que le bus est parti ce matin, à priori car c’est les vacances, et qu’il faut attendre une voiture partagée (le taxi illégal dont parlait les policiers). L’un dit qu’une voiture arrive vers 17h, l’autre 19h (il est 11h …). On ne sait plus trop qui croire mais on continue de sourire, on fait des selfies avec les policiers, et l’on prie notre bonne étoile. Qui va nous exaucer puisqu’une voiture arrive très peu de temps après. Je vous épargne les tergiversations (il y a avait d’autres candidats pour aller à Gorontalo) mais on finit par s’asseoir tranquillement à l’arrière. Il est 12h et on est déjà partis. On sera contents jusqu’à ce qu’une nouvelle passagère s’installe à l’arrière avec nous et prenne tellement ses aises qu’on avait à peine la place pour nos deux fessiers. Si vous êtes sujets aux maux de transport, prenez un médicament car la route tourne constamment, et notre chauffeur était vraiment un fou furieux, en permanence au téléphone d’une main, avec une clope dans l’autre et doublant dans des virages sans la moindre visibilité. Il faut croire en sa vie ! Mais essayez quand même de profiter des paysages, ils sont grandioses.

Le trajet a duré très longtemps, on a fait une pause au cours duquel le chauffeur nous a littéralement gavé de gâteaux, puis 10h plus tard nous sommes arrivés à destination sains et saufs. Vous voyez quand je dis “c’est le drame“, en réalité il y a toujours une solution en Indonésie !

Deux solutions :

  • Bus public : départ une fois/jour de la station de bus Melalayang (pour les horaires ça reste flou mais nous avions noté 14h, apparemment il y en a un à 9h) – 100 000IDR/pers
  • Voiture partagée Manado- Gorontalo : fréquence aléatoire – 200 000IDR/pers (non négociable cette fois-ci)

Que faire à Gorontalo ?

Pour notre part, nous n’allions à Gorontalo que pour prendre un ferry en direction des îles Togian. Puis, je me suis rappelée qu’il était possible de voir des requins baleine car l’installation d’une usine de crevettes les avaient attirés dans le coin. Il semble que les requins ne soient pas là en permanence, mais flotte toute de même la suspicion qu’il soit nourris pour les maintenir et satisfaire les touristes … On a longuement hésité mais nous avons quand même voulu voir, puisque nous nous trouvions ici. Bon, comme le premier jour j’étais fatiguée, nous y sommes allés le suivant.

Nous avons loué un scooter auprès de notre hôtel, le New Melati Hotel – 120 000 IDR, essence incluse (après négociation – 150 000 IDR sinon)

Voir des requins baleines

Pour voir les requins baleines, vous devez vous rendre à un endroit précis. Les chauffeurs de tuktuk sauront vous y mener, vos hôtels organisent des excursions (New melati hotel : 250 000IDR/pers). Sinon, prenez un scooter et allez-y par vous-même.

Nous sommes partis de l’hotel peu avant 6h30, et avons roulé en direction du point de rendez-vous sur 11km de belle route côtière.

En arrivant, l’endroit étant indiqué en Indonésien et plutôt discrètement, nous l’avons loupé. Mais en revenant sur nos pas, quelqu’un nous a fait signe. Nous avons garé notre scooter près des bateaux et l’on nous a fait attendre un moment. Puis Charlie nous a fait embarquer sur son minuscule bateau. Passons sur la légère embrouille sur le prix de cette petite aventure qui fait qu’Arthur a passé ses 10 premières minutes sur google traduction alors que les requins baleines se trouvaient juste là.

Il faut savoir que la plupart des touristes sont des Indonésiens. Ils restent généralement sur le bateau, sauf les plus jeunes, et les organisateurs de ces tours leur donne des déchets de crevettes pour attirer les requins baleines. Quand nous avons vu ça, alors qu’une affiche stipulait bien qu’il ne fallait pas nourrir ces créatures, nous avons été très déçus. Chaque boatman essayant d’attirer les animaux pour le plaisir de leurs passagers.

Ils sont effectivement nourris …

Toutefois, à la différence d’un endroit comme Oslob, nous avons pu voir sur le panneau d’information que les locaux notaient chaque jour combien de requins viennent. En 2017 ils ne sont venus qu’en novembre, mai et juin. Cette année encore, aucun n’est venu avant le mois de mai. Il nous semble donc juste de dire que les locaux respectent le cycle migratoire des requins baleines, ne profitant de leur présence qu’à leur passage. Enfin, pour mieux comprendre leur cycle migratoire, 4 d’entres eux ont été équipés d’une balise GPS.

Je n’en menais pas large sur l’étroit bateau et ne savais pas si j’allais me jeter à l’eau. Ces requins sont immenses et j’avais franchement peur de me trouver au milieu d’eux. J’ai fini par y aller quand même. Et quel moment magique … Ils sont magnifiques, nagent avec une grande douceur et évitent de foncer sur les nageurs. Bon, quand ils les voient parce qu’avec les yeux sur les côtés, si vous êtes devant, vous n’êtes pas dans leur champ de vision. Mais ils sont vraiment précautionneux, et malgré leur grande taille, et le nombre de nageurs et plongeurs, aucun requin n’a heurté la moindre personne. Je suis tombée sur le charme de ces animaux, un vrai coup de cœur pour eux. Et même si je ne suis pas convaincue de l’éthique de ce type d’attraction, même si nous avons été égoïste, je garde en mon cœur ce moment comme l’un des plus mémorables de ma vie. J’ai découvert des animaux merveilleux, d’une grande douceur et d’une grâce incroyable.

Nous avons passé plus d’une heure dans l’eau puis Charlie, notre boatman nous a ramené. Nous lui avons été gré de ne pas avoir nourri les animaux pendant notre excursion. De retour sur la berge, ce fut séance photos avec les touristes locaux présents, et le temps de quelques rapides échanges.

Pour information, les requins baleine se trouvent à une vingtaine de mètres de la berge, vous n’avez donc logiquement aucun besoin d’un bateau pour aller nager avec eux. Mais même sans louer de matériel ni de bateau, je ne suis pas certaine que l’on ne vous fasse pas payer quelque chose.

Tarif : 75 000 IDR pour le bateau – 25 000 pour le matériel de snorkeling (nous en avons eu pour 125 000IDR soit 7,75€ à deux).

Otanaha fortresse

Cette forteresse située à environ 7km du centre de Gorontalo est l’un des sites touristiques majeurs du coin.  Construite en 1522 par les Portugais, elle s’érige sur une petite colline et vous offre une vue spectaculaire sur la montagne d’un coté et sur le lac Limboto de l’autre. Pour parvenir au sommet vous avez deux choix : l’un paresseux, l’autre sportif. Soit vous montez les 345 marches depuis l’entrée, soit vous continuez en véhicule sur la route jusqu’au sommet.

En fin d’après midi l’endroit était bondés de touristes Indonésiens. Nous y avons également retrouvé un couple franco-allemand que nous avions croisé à la station de bus de Manado, le monde est petit sur Sulawesi ! Cette visite s’est ponctuée de séances photos avec les locaux. A ce moment c’est bien nous qui sommes devenus l’attraction du lieu, volant la vedette aux vieilles pierres et à la vue majestueuse.

L’heure de la photo !
Séance de selfies !

Tarif : 5000 IDR l’entrée + 2000 IDR de parking

Lac Limboto

Faites environ 8km de scooter en dehors de Gorontalo et vous accéderez à ce curieux lac. Nous y étions en juin et de larges pans d’herbes alternaient avec les plans d’eaux. A priori la surface des eaux de ce lacs diminue d’année en année. Depuis la forteresse Otahana, la vue sur ses eaux est magnifique, et l’on conseille aux touristes d’y venir au lever ou au coucher du soleil pour voir les rayons de l’astre se refléter sur le lac. Vous pourrez y voir des maisons sur pilotis et les touristes sont invités par les locaux à venir y pêcher. Nous sommes végétariens donc nous passons notre tour mais ne manquons pas de saluer chaleureusement les habitants !

Le Mall de Gorontalo

Vous ne pouvez pas vous tromper, il n’y en a qu’un. Avant notre séjour aux îles Togian et après celui de Bunaken où l’on a surtout mangé du riz blanc, nous sommes venus nous goinfrer de mauvaise pizza chez Pizza Hut. L’occasion également de racheter un câble I phone. Surement car ce sont les vacances scolaires, le mall, lors de nos deux visites était bondé de monde. Evidemment, que des locaux, qui nous observent, discrètement (ou pas), nous lancent des petits sourires, nous filment discrètement (ou pas) avec leurs téléphones. Nous sommes l’attraction et l’on aime bien ça. Parce que ça permet d’engager de petits échanges, de nouer un lien, aussi bref soit-il.

Nami Wartbone Monument

Cette statue est située sur la place en face de notre hôtel (le Melati Hotel). Celle-ci a été construite en 1987 en l’honneur de celui qui lutta contre l’impérialisme Hollandais. En effet, l’Indonésie fut un colonie hollandaise par le passé, comme l’Indochine fut Française. Nani Wartabone est connu pour la bataille qu’il mena contre la colonisation Hollandais et sa proclamation de l’indépendance de Gorontalo le 23 janvier 1942, première région d’Indonésie à l’avoir fait.

Où loger ?

New Melati hotel : cet hôtel est le seul recommandé par notre guide Lonely planet et nous l’avons retrouvée sur pas mal de blogs. Nous n’avons pas réfléchi longtemps et avons réservé chez eux une chambre standard la veille (par téléphone, car nous n’avons pas eu de réponse par mail). D’ailleurs il est probable que vous y passiez même si vous n’y séjournez pas car vous pourrez acheter vos billets de ferry pour les îles Togian ici, il semblerait qu’il s’agisse de la seule alternative à l’achat au port (qui semble relativement compliqué pour les touristes étrangers). Vous serez séduit par son agréable jardin, et ses espaces extérieurs. Concernant les chambres cela va de la chambre basique vétuste (130 000IDR) aux chambres de Deluxe récentes. Nous avons choisi la chambre basique à 130 000IDR comprenant le petit déjeuner. Si vous croisez le patron, Alex, métisse Hollandais-Indonésien, il se fera un plaisir de vous donner un maximum informations. N’hésitez pas à discuter avec lui, il parle un anglais impeccable (et le Néerlandais est sa seconde langue de naissance) !

Les + : l’espace extérieur, le joli jardin, petit déjeuner compris, l’accueil et les informations données par le patron Alex, personnel très aidant, possibilité de louer un scooter.

Les – : chambre vétuste, pas de lit double, matelas inconfortables, toilettes à la turc.

On y va ou pas ?

Lorsque nous sommes arrivés à Gorontalo, j’étais bien enrhumée. J’ai donc passé pas mal de temps à dormir. Toutefois, cet arrêt à Gorontalo nous a agréablement surpris. Certes, la ville n’a pas spécialement d’attrait mais elle a un côté authentique et préservée du tourisme de masse. Vous ne croiserez que très peu de “Bouleh”, touristes blancs (albinos) selon le lexique Indonésien, et vous serez assurément des stars auprès des locaux. Gardez patience, et prenez le temps de faire quelques photos avec eux, ça fait des bons souvenirs pour tout le monde ! Enfin, Gorontalo et ses environs cachent pas mal de trésors bien gardés, comme de magnifiques plages, un fond marin préservé (malgré beaucoup de déchets, hélas), un décor de montagnes sans oublier sa forteresse qui offre une vue sublime sur le lac Limboto. N’hésitez pas à prendre une journée ou deux pour découvrir le coin avant d’embarquer sur le ferry en direction des îles Togians, ou de poursuivre vers Manado.

Et vous, quel est votre souvenir de voyage le plus impressionnant ? 

 

 

 

 

 

 

 

Advertisements

7 thoughts on “[Indonésie] Sulawesi : Voir des requins-baleines à Gorontalo.

Add yours

  1. C’est tellement peu cher ! Ça me sidère à chaque fois. Bref, j’ai beaucoup apprécié ton récit, l’Indonésie est un pays qui me tente de plus en plus à vrai dire, et tu y es certainement pour beaucoup. Ta rencontre avec les requins-baleines est magique ! Je rêverai de faire un truc pareil même si j’imagine que je paniquerai une fois à côté d’eux. Je nage déjà très mal et les profondeurs m’effraient. Qu’il y ai quelque chose sous mes pieds et je panique complètement 😉 Je ne suis pas convaincue non plus par l’éthique de cette attraction mais je me dit que leur cycle migratoire n’est pas perturbé et qu’ils ne sont pas gardés de force près des rives pour satisfaire les touristes.
    Bref, un très bel article. Merci pour ce partage =)

    Like

    1. Coucou Lyne ! Merci pour ton message. Sulawési nous a subjugué. L’île est sublime. Gorontalo n’était qu’une étape pour prendre le ferry et pourtant a adoré aussi, et la rencontre avec ces grosses bêtes restera comme l’un des ^plus émouvants du voyage. Moi aussi j’avais super peur mais elles sont tellement douces ! En revanche l’eau est trouble et l’on ne voit pas le fond, mais tu peux rester sur le bateau, la plupart des gens font ça ! Pour l’éthique de l’activité, je ne suis pas certaine … toujours pas. Mais au moins ils ne restent pas là … Belle journée !

      Like

  2. Ca a l’air d’avoir été un joli moment cette rencontre avec les requins, malgré les détails discutables que je comprends tout à fait…
    Bon sang quelle aventure la voiture partagée, j’aurais été hyper stressée jusqu’au dernier moment je crois! XD

    Like

    1. La voiture partagée sur l’île de Sulawési c’est souvent le seul moyen de transport, et les chauffeurs sont des fous. Ils nous ont dit que s’ils fumaient autant c’était pour rester éveillés … tu vois le genre ! Oui pour les requins je pense que c’est discutable, dès lors qu’on les nourrit et qu’ils deviennent une attraction payante, c’est plus que discutable. Je ne sais pas si je le referais, mais en tout cas, c’était beaucoup d’émotion de les rencontrer ! Merci pour ton passage ici 🙂

      Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Powered by WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: