[Indonésie] Les îles Togians : l’endroit rêvé pour se relaxer.

Parvenir aux îles Togian n’est pas une mince affaire, vous devrez vous rendre à l’embarcadère de Gorontalo, prendre un ferry de nuit pour Wakai puis trouver un bateau pour rejoindre votre hébergement. En haute saison (juillet-août), il est plus sur d’avoir réservé votre logement auparavant.

Comment arriver aux îles Togian en venant de Gorontalo?

Une seule solution :

Ferry Gorontalo – Wakai : mardi / Vendredi, départ à 19h , arrivée vers 7h le lendemain

  • Etape 1 : de l’hôtel à l’embarcadère de Gorontalo

Nous séjournions au New Melati Hotel situé en centre ville. Pour vous rendre à l’embarcadère, vous pourrez prendre un tuktuk ou bien appeler un GRAB. Comme il pleuvait et qu’on aime bien savoir à l’avance combien on va payer, nous avons opté pour la solution la plus confortable en appelant un GRAB (19 000IDR).

  • Etape 2 : De Gorontalo à Wakai

Venant de Gorontalo, vous devrez obligatoirement prendre le ferry ralliant Wakai de nuit. Il part le mardi et le vendredi à 19h. Pour réserver les billets, vous pouvez aller directement au port mais il semble plus facile de passer par un local pour les réserver. Nous avons réservé nos places deux jours à l’avance auprès du New Melati Hotel. Mais comme toujours en Indonésie, rien ne se passe jamais comme prévu. Nous nous trouvions encore en pleine période de vacances, juste après la fin du ramadan, ce moment, comme Noel chez nous, où tout le monde rentre dans sa famille.

Nous avions réservé deux places en classe «Tatami », c’est-à-dire deux places couchettes. Elles coûtent 75 000IDR et vous pouvez obtenir un matelas pour 10 000IDR de plus. En bookant avec l‘hôtel, nous avons également payé une commission de 15 000IDR par ticket.

Nous étions convenus de récupérer nos places le soir vers 16h avant de foncer au port, car les places n’étant pas numérotées, premier arrivé, premier servi. Puis le père de la famille Suisse que nous suivions depuis Bunaken nous annonce sur Whatsapp qu’ils n’auront finalement pas de tatamis car toutes les places ont été vendues. Et ce sera la même surprise pour nous. Ce sera finalement une place assise (65 000IDR). L’hôtel nous rembourse la différence (y compris du prix de la réservation) et nous partons rejoindre le ferry.

Là, un personnel de bord insiste particulièrement lourdement pour nous louer sa cabine. Vous pouvez en effet opter pour la catégorie cabine lorsque vous achetez votre place (500 000IDR), sachez qu’il n’y en a que 4 et que ce sont celles du personnel de bord qui les louent pour arrondir leurs fins de mois. Compte tenu du monde dans le bateau, et du fait que nous n’avions finalement même pas de place assise, comme beaucoup d’autres passagers, cette proposition aurait pu être séduisante. Mais comme tous les autres touristes étrangers présents sur le bateau, nous avons refusé. Dormir par terre sur le pont est une expérience de voyage comme une autre, aucune raison de manquer ça !

Nous avons retrouvé quelques touristes croisés à Bunaken, ou encore à la gare routière de Manado, et après quelques discussions, nous nous sommes arrangés une petite place par terre et c’est accroché à nos sacs (on ne sait jamais) que nous avons passé la nuit. Et comme les locaux se lèvent tôt, nous avons été réveillés avant 5h, pile au bon moment pour voir le soleil se lever sur la mer et les îles Togians.

Vers 7h, vous débarquez à Wakai.

Et là, c’est le drame.

  • Etape 3 : De Wakai au Poki Poki (Bomba)

Plutôt que de vous donner des informations qui seront peut être obsolètes rapidement, je vous donnerai dans la section « bon à savoir », le lien pour obtenir tous les horaires de bateaux sur le merveilleux site du Poki Poki, régulièrement mis à jour.

Normalement, pour vous rendre à Bomba, vous pouvez emprunter l’un des deux speeds boats journaliers (9h et 12h) partant de Wakai et s’arrêtant au Bomba divers, resort situé face au Poya Lisa et juste à côté du village de Bomba.  Cependant, ce jour là, une petite dame qui nous suivait pour nous proposer d’y aller avec son bateau nous a expliqué que le speed boat était en réparation.

Lorsque vous arrivez à Wakai, vous devez vous enregistrer. Dirigez vous vers le bâtiment blanc, remplissez le formulaire et montrez votre passeport. Vous êtes ensuite libre de partir. Lorsque j’ai demandé au policier s’il y avait un speed boat, celui-ci m’a répondu que oui mais qu’il était déjà complet.

Complet ou cassé ? Cassé ou complet ? Ou pas ? On a l’habitude en Asie des petites entorses à la vérité pour pouvoir nous vendre des options plus onéreuses. Arthur s’est donc rendu au second embarcadère, celui d’où partent les speeds boats, pour vérifier les informations. Pendant ce temps la petite dame avait embarqué 5 français et c’est un autre jeune homme qui m’offrait de nous emmener en « charter », c’est-à-dire dans son bateau privé, m’informant que le speed boat de 9h était en réparation et celui de 12h déjà complet car nous étions en pleine période de vacances. Arthur n’ayant obtenu aucune information fiable, nous sommes partis avec le jeune homme et son bateau (400 000IDR/bateau – normalement 500 000IDR).

Un bon moyen de joindre l’utile à l’agréable puisque nous avons passé 2h dans un bateau pour nous tous seuls, à observer les paysages et les quelques rares villages construits quasiment sur l’eau, tout en profitant de magnifiques arc en ciel. 2h plus tard donc, nous accostions au ponton du Poki Poki.

Notre petit bateau privé
Village Bajo

Le poki poki, une semaine de farniente

Choisir son resort, le dilemme !

Il y a plusieurs questions qui se posent lorsque vous préparez votre séjour dans les Togians. Quelle île ? Quel ressort ? Combien d’endroits vous souhaitez découvrir sachant qu’il n’est pas toujours évident de se rendre d’un lieu à l’autre ?

Pour notre part nous avons choisi un seul lieu, nous ne voulions pas avoir à faire et défaire nos sacs durant une semaine complète. Nous avons évité Malengue et Kadidiri situés plus au nord pour nous rapprocher d’Ampana, notre destination suivante. Nous avons choisi un resort situé tout proche du petit village de Bomba. Vous trouverez là trois resorts : Bomba divers, Poya Lisa et Poki Poki. Nous avons choisi ce dernier pour en avoir entendu bien sur les blogs mais aussi en discutant avec des voyageurs qui y avaient séjourné. Les jeunes propriétaires, Angie et David ont repris l’affaire il y a un an et demi. L’endroit est vraiment très accueillant, doté d’un magnifique jardin, de bungalows spacieux et plutôt confortables.

Et de tous les endroits où nous avons séjourné jusque là, c’est vraiment au Poki Poki que l‘on mange le plus varié et le mieux. Mila, qui cuisine pour les hôtes, est un cordon bleu. Même les végétariens  trouveront leur bonheur, et si vous êtes végan, ça ne posera pas non plus de problème.

Tarif : 200 à 250 000/pers/jour selon le cottage

Les + : bungalows confortables proches de la plage, espace commun accueillant, jardin verdoyant, équipe locale adorable et prévenante, propriétaires solaires et très disponibles, nourriture variée et délicieuse, excursions à la demande, plage exposé à l’Ouest (côté coucher du soleil)

Les – : grosse déception sur ce point -> plage pas faite pour se baigner car très peu de fond et entourée d’algues (j’aime franchement pas les algues)

Que faire au Poki Poki ( et plus généralement dans les îles Togian) ?

Au Poki poki, vous aurez surement envie de ne pas faire grand-chose. Sur les 7 jours que nous avons passés là-bas, ne rien faire nous a occupé une grande partie de notre temps ! Entre deux repas vraiment complets, variés et délicieux, nous avons beaucoup lu, pris le soleil et pataugé. Toutefois, il y a un certains nombres d’activités proposées pour vous maintenir actifs si vous le souhaitez.

Snorkeling & plongée (Bomba divers)

Le Poki poki n’est pas un centre de plongée, mais il y a en a situé à une vingtaine de minutes de bateau (Bomba Divers).

Après avoir passé 3 jours à lire au soleil, nous avons finalement bougé nos fesses jusqu’au Bomba Divers.

Bomba Divers

Comme à mon habitude, j’ai accompagné Arthur en snorkeling. Concernant la plongée, après Pulau Bunaken et autres spots aux Philippines, il s’avère que celle-ci ne soit pas un indispensable car il y a relativement moins de poissons et une faune moins prolifique. Ils ont toutefois vu deux requins à pointe noire, et cela reste toujours une activité particulière pour les afficionados. La plongée vaudrait plus le coup autour de l’île de Una Una d’après ce que nous avons entendu.

Partie en snorkeling avec eux, j’avoue n’avoir pas tellement apprécié. Si le premier spot, sur un tombant pouvait avoir un intérêt, il est néanmoins bien moins intéressant qu’à Bunaken, beaucoup moins de poissons, pas de tortue ou de dugong ! Et le second spot n’était pas franchement approprié, beaucoup trop de courant pour moi qui n’avait pas de palme. En bref, cette fois-ci je ne conseille pas aux snorkeleurs de partir avec les plongeurs de Bomba divers.

  • 2 Plongées : 950 000IDR
  • Snorkeling (sans matériel) : 100 000IDR

Journée d’excursion : Jelly fish lake / Taipi / Carina beach

Nous avons eu le Poki Poki pour nous seuls durant presque deux jours. Le revers de la médaille de cette formidable tranquillité, c’est que nous n’avions personne avec qui partager la fameuse excursion que nous souhaitions absolument faire : celle qui nous mènerait au Jelly fish Lake.

Heureusement, le 6ème jour nous avons finalement eu 3 nouvelles personnes d’accord pour venir avec nous, et un temps qui nous permettait de nous rendre jusque là bas. Il faut savoir que lorsqu’il y a du vent, les petits bateaux privés ne peuvent pas prendre la mer, les excursions ou les trajets jusqu’aux autres resorts sont alors annulés.

Le départ se fait vers 9h30 le matin, et nous sommes revenus vers 18h, ayant le privilège de regarder le coucher du soleil depuis le bateau.

Le matin, il vous faudra près de 2h30 pour rejoindre le Jelly fish Lake, qui se trouve près de Kadidiri, non loin de Wakai. Plus ou moins selon les vagues et la météo. Nous y sommes arrivés vers 12h. Il y flotte une atmosphère d’abandon, avec ces toilettes hors d’usage, ce ponton branlant qu’il vaut mieux ne pas emprunter. Prenez l’escalier qui vous mène au lac, après avoir bien pris note des consignes (par exemple, vous ne devez pas uriner dans le lac, à priori ce n’est pas bon pour les méduses !). Mais pourquoi se rendre dans un lac rempli de méduses ? Faut-il être fou pour vouloir voir des méduses quand on passe généralement son temps à les fuir ?

Et bien non, car ces méduses sont inoffensives, elles n’ont aucun pouvoir urticant ! Ce que nous avons compris c’est que ces méduses se sont trouvés piégées dans ce lac creusé au milieu de la mer il y a des milliers d’années et n’y ayant absolument aucun prédateur, elles ont perdu leurs défenses naturelles.

Le lieu est absolument magique. Vous avez d’un côté la mer agitée de vagues, et de l’autre cette surface d’eau plane à peine troublée d’un frisson sous le vent. Entouré d’arbres et muni d’un ponton pour y plonger, l’endroit est splendide et l’atmosphère nous a saisi immédiatement.  Mais le plus fabuleux reste à venir, enfilez votre masque, sautez dans l’eau, et nagez avec ces milliers de créatures … Ce fut l’un des moments les plus intenses et magiques de notre voyage, sans doute au même titre que notre rencontre avec les requins baleines.  Des milliers de méduses dansant au gré de l’eau, de taille et de couleur différente, gracieuses, et si douces … Il me semble que cet endroit est unique au monde. Il ne faudrait toutefois pas que nous gardions l’habitude d’aller caresser les méduses, ça pourrait nous valoir de mauvaises surprises !

Vous vous arrêtez ensuite sur la petite plage située à côté pour le déjeuner, Carina beach. La couleur de l’eau est absolument incroyable, et le lieu se prête très bien au snorkeling. Malheureusement la nature est merveilleuse mais l’homme un peu moins et la plage comme l’eau n’échappent pas à l’amoncellement de déchets.

Retour au bateau pour le dernier arrêt snorkeling de la journée : Taipi. L’endroit est réellement magique. Nous y étions en fin d’après midi, alors que le soleil descendait déjà à l’horizon. Et c’est au milieu de la mer que vous découvrez un récif de corail, et une sorte de petite maison de pêcheur, seule trace humaine à des kilomètres. Nous n’en avons pas vu mais il parait que de petits requins y sont parfois visibles.

Tarif Excursion Jelly fish : 1 000 000IDR/bateau (maximum 5 personnes)

Trekking jusqu’à Bomba

Le village de Bomba est situé à environ une heure de marche par la jungle du Poki Poki. Des excursions sont organisées pour vous y emmener, avec explications de la faune et de la flore. Vous pouvez également vous y rendre seul mais personne ne l’a tenté. Ce jour là il pleuvait vraiment beaucoup et je me suis dégonflée, effrayée par la boue. Arthur et 3 autres courageux y sont allés et ont mis environ 2h à rejoindre le village compte tenu de l’état du chemin mais aussi car ils ont eu droit à quelques explications de Nine, un membre de l’équipe du Poki Poki.   Pas fous, ils ont fait le retour en bateau (environ 20min).

Tarif : 50 000/pers (minimum 3 personnes)

Regarder le coucher du soleil

La plage du Poki Poki donnant côté Ouest, vous aurez le droit à de spectaculaires couchers de soleil à regarder depuis la jetée, la plage ou encore le « birdnest ». Un régal pour les yeux, à ne pas manquer si vous avez la chance qu’il fasse beau en soirée !

Et on s’est fait une chouette copine, la jolie et un peu folle Coco.

Vous pourrez également organiser des demi-journées d’excusions sur des sites de snorkeling (atoll, taupan …) , des cours de cuisine avec Mila le cordon bleu du Poki Poki, des journées d’excursion combinant snorkeling et observation des oiseaux …

Bon à savoir

  • Lien pour les horaires de bateaux : Poki Poki
  • Il n’y a ni réseau ni wifi sur aucune des îles
  • Vous ne trouvez aucun ATM, y compris à Wakai. Retirez à Ampana ou Gorontalo
  • Au poki poki : électricité seulement de 17h à 00h
  • Au poki poki : prises électriques au bar uniquement
  • Au poki poki : douche au seau et à l’eau froide

On y va ou pas ?

Pas évident de rejoindre les îles Togian, mais cela vaut en vaut le coup. Si vous voyagez sur l’île de Sulawesi, il serait dommage de passer à côté.  Vous pourrez rester au même endroit, ou faire des sauts de puces d’îles en îles. L’endroit est encore préservé, même si le nombre de resort est passé de 7 à 25 en quelques années. Aujourd’hui, en tous les cas, vous pourrez encore vous trouver seuls dans des endroits absolument magnifiques et magiques, une couleur de l’eau hypnotisante, des couchers de soleil fabuleux. Nager avec des méduses inoffensives fut l’une des plus douces et marquantes aventures du voyage. Venez vous y relaxer, savourer l’instant présent, vous déconnecter et ne plus penser à rien.

 

Advertisements

11 thoughts on “[Indonésie] Les îles Togians : l’endroit rêvé pour se relaxer.

Add yours

      1. Si tu peux m’embarquer, je veux bien moi aussi ^^
        Ou alors une balade de nuit en bateau à la lumière de la Lune (souvenir de soir de match 😉 )

        Like

      2. Alors là pour la ballade au clair de Lune pour voir un match, je te laisse te débrouiller avec Arthur ! Tout comme la marche dans la boue de la jungle, ça c’est pas de mon ressort 😉

        Like

      3. En effet, heureusement que je peux compter sur Arthur pour ce genre d’aventures :p
        Après je me souviens d’un petit cri strident au Jelly Fish Lake … 😀

        Like

      4. Clairement il est toujours partant s’il y a un match à la clé ! Par contre faudrait pas trop lui en demander, il reste une petite chose fragile et son talon d’achille c’est clairement les bêtes. Tu l’aurais vu crier après des cafards voir même des insectes imaginaires mouahaha Han je balance ! 😀

        Like

  1. Pour me convaincre de caresser une méduse, va falloir s’accrocher ! XD Je garde un horrible souvenir de la seule fois où j’en ai frôlé une… M’enfin j’imagine qu’elles sont inoffensives là-bas, mais quand même, je crois que je ne pourrais pas! >_<
    J'adore la photo de l'arc-en-ciel depuis le bateau privé! ❤

    Like

    1. Ahah mon copain était pareil, il avait beaucoup de mal à se décider à aller dans l’eau. Et après quand elles le frolaient, on l’entendait pousser des petits cris ! Mais rapidement ton cerveau enregistrent qu’elles ne font pas mal, et après c’est l’enchantement complet. C’est magique ! J’en garde un souvenir … Médusé !
      Oh oui, qu’il était beau l’arc en ciel. Il y en avait souvent là bas ( alternance de pluie et de soleil donc !)
      Merci pour ton passage 🙂 belle soirée !

      Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Powered by WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: