[Laos] Luang Prabang, une ville inscrite au patrimoine de l’UNESCO

Nous sommes arrivés à Luang Prabang à 4h du matin par un bus de nuit depuis Luang Namtha (environ 8h de route).

En sortant du bus, tout le monde semblait hagard, laissant les chauffeurs de tuk tuk nous haranguer, sans réagir. Nous avons fini par nous associer à trois autres voyageurs pour parcourir les 3km qui séparent la station de bus du Sud au centre de la ville (15 000kips, à mon sens on a plutôt mal négocié).

De Luang Namtha à Luang Prabang

Luang Prabang, une belle cité ancienne

Que faire à Luang Prabang ?

Jour 1 : Prendre contact avec la ville

  • La cérémonie du tak bak : La cérémonie de l’aumône a lieu tous les matins, dans tous les pays bouddhistes. Toutefois, à Luang Prabang, ce rituel prend une grande ampleur puisque la ville compte un très grand nombre de monastères. Puisqu’à 4h30 du matin les guesthouses étaient encore fermées, nous nous sommes installés sur un trottoir avec nos gros sacs, en attendant de voir de nos yeux ce que l’on vante comme un moment magique. Hélas … Ce que nous avons vu nous a attristé. Pour vous la faire courte : des vendeuses de nourriture, des touristes, et quelques jeunes moines qui passent devant les appareils photos curieux. On ne s’attendait pas à ça, même si on avait entendu que certains touristes participaient. Mais pas comme ça, pas par cars entiers, sans le moindre habitant avec eux, pour partager ce moment …   Dans ces conditions, c’est un business, et non plus un acte de foi et de respect. On s’est dit qu’on irait dans une autre quartier, un autre matin.
  • Visiter les nombreux temples de la ville : Nous avons essuyé deux échecs avec deux temples fermés, à savoir le Wat Sene et le wat xieng Mouane. Nous avons en revanche pu entrer dans le Wat Mai (10 000 kips), situé en face du mont Phu Si et le Wat Xieg Thong, le temple de la cité d’or (20 000 kips), dont on adoré l’arbre de vie en mosaïque, notamment.
Wat Mai
Temple de la cité d’or – Wat Xieg Thong
  • Visiter l’exposition sur la méditation du Vat Khili (entrée libre-donation très appréciée): Cette exposition se propose de présenter la tradition méditative de Luang Prabang au travers de photos historiques et contemporaines. Les photos sont vraiment belles.
  • Visiter le Musée du Palais Royal (30 000kips): nous étions sur place à 8h30, et heureusement puisque lorsque nous sommes sortis, un nombre impressionnant de groupes arrivait. Le Musée du Palais Royal retrace la période pré-révolution, avant que le dernier roi, Sisavang Vong ne soit capturé. Vous pourrez également découvrir la collection  “bouddha flottant” et celle des voitures du Palais Royal. Vous devrez déposer vos effets personnels dans un casier fermant à clé, couvrir vos jambes et vos épaules, visiter le musée pied nus et sans appareil photo. Attention, le musée ferme entre 11h30 et 13h30.

  • Le pont en bambou reconstruit tous les ans : tout au bout de la péninsule, vous arriverez à un pont en bambou, que les habitants construisent au début de la saison sèche, puis retirent au début de la saison humide (il y en a deux comme ça dans la ville).  Vous pouvez emprunter le pont moyennant un droit de passage de 10 000kips (à priori l’argent permet de verser un salaire à la famille Lao qui construit le pont chaque année).

  • Luang Prabang beach : à quelques mètres du pont en bambou, la rivière Nam Khan se jette dans le Mékong. Même s’il ne s’agit pas d’une plage à proprement parler et que nous n’avons vu personne se baigner, il est très agréable de s’asseoir sur un rocher, et de bavarder les pieds dans l’eau. Le lieu est également hautement recommandé pour voir les couchers de soleil au cours desquels de jeunes étudiants viennent pratiquer les langues avec les touristes. Ne les envoyez pas ballader !

  • Le Night market : bien entendu, comme dans toute ville d’Asie du Sud Est qui se respecte, vous ne manquerez pas le night market. Celui-ci propose un très large choix de stands d’artisanat,  des stands de nourriture, mais aussi une food court où l’on vous proposera des sandwichs (y’avait de la vache qui rit !!!) et des plats locaux. Vous trouverez également plusieurs stands-buffet : vous remplissez votre assiette (une seule, bande de gourmands !) de plats végétariens au buffet, vous payez 15 000 kips, et vous dégustez !

Jour 2 : une journée fantastique et inattendue aux Tat Kuang Si Waterfalls

Avant de préparer le voyage, je n’avais jamais entendu parler de ce lieu, situé à une trentaine de kilomètres du centre-ville. En ce jour 2, nous avons loué un scooter (90 000 kips)  dans l’idée de nous rendre à ces cascades, avant d’enchaîner sur les cascades de Tad Sae. Le Dieu du voyage en aura décidé autrement.

  • Tat Kuang Si Waterfall 

En Asie, on a en a vu des cascades sans eau, ou aux eaux peu ragoutantes. Celles-ci sont sans commune mesure avec les autres, des cascades franches et massives, voir spectaculaires, laissant dévaler une eau rendue turquoise par les pierres qui la tapissent. Une carte postale, il faut bien l’avouer. Nous sommes arrivés à 9h, il y avait encore peu de monde, et avons fondu d’amour pour les ours du Rescue bears que vous trouverez à l’entrée du parc naturel. Première excellente surprise que la découverte de ce programme, raconté avec beaucoup d’humour.

Rescue bears – les ours à l’heure Laotienne

Hamac pour tout le monde !D’ailleurs au Laos, la sieste en hamac, c’est un peu le sport national (photo prise dans les rues de la ville de Luang Prabang) :

J’ai dis “POUR TOUT LE MONDE” ! ahah

Ensuite, nous avons d’abord joué la #Teamtouriste, en passant par le “Walking Trail”, qui nous a emmené derrière les cascades. En passant par ce chemin, nous n’avons pas vu toutes les cascades, mais sommes arrivés devant le clou du spectacle, la dernière cascade, majestueuse et imposante.

C’est là que nous avons encore joué la #Teamtouriste “Mince, y‘a marqué de ne pas monter par là sur le panneau”. “Oui mais j’ai lu sur un blog qu’on devait monter tout en haut des cascades pour ensuite suivre un chemin pour arriver à une cave et à une spring water”. “Ok, on y va”.  Et on y a été, mais c’était le chemin de la descente. Tant pis. Une fois en haut, c’est franchement joli, avec de petits plans d’eau, des ponts en bambou et le bruit de la cascade en toile de fond.

Au sommet des Kuang Si Waterfalls

Ce n’est qu’en redescendant, vers 12h, que nous avons suivi le chemin officiel. Il y avait déjà bien plus de monde que le matin, mais le décor reste absolument enchanteur. Je n’ai pas résisté à l’envie de me baigner dans cette eau magnifique. Elle est fraîche mais franchement supportable, s’y baigner fut un délice. Nous sommes sortis de l’eau quand la piscine naturelle a commencé a être un peu trop fréquentée à notre gout.

La Team touriste barbote

Tarif : 20 000 LAK/pers

  • Springs Water :

Nous avons ensuite suivi les panneaux qui indiquaient “Restaurant Spring river Cave”, soit une ballade de 3km en forêt, très reposante et relaxante, nous étions seuls. Nous sommes ensuite arrivés à un endroit idyllique, où s’est installé un petit restaurant en bord de l’eau. Le propriétaire, très chaleureux, nous a proposé de traverser le bras d’eau sur un rondin de bois pour gagner une coconut water. Tout le monde (nous, un groupe de Français et un groupe de Malais) a joué le jeu, mais … Arthur est le seul à avoir réussi ! La coconut Water avait le gout de la victoire. Bon, moi, j’ai sauté dans l’eau, mais c’est parce que je voulais me baigner (oui, oui). Et oui, l’eau était froide !

Une coconut water, un paquet de chips et une piqûre d’abeille plus tard (aie), nous sommes repartis sur nos pas. Il nous a fallu environ 30 min pour retrouver les waterfalls.

  • Fasay Garden :

Le matin, faisant les radins, nous n’avons pas voulu nous garer sur un parking qui nous semblait payant, et avons déposé notre scooter sur le tout petit parking d’une maison. On avait vu un panneau nous indiquant que l’on pourrait y déjeuner, et nous avons décidé que nous y reviendrons donc plus tard. C’est ce que nous avons fait. Et c’est alors, qu’au lieu de simplement déjeuner, nous sommes restés près de 4h avec notre hôte.  

Il nous attendait avec impatience, ayant vu le scooter garé en face de chez lui. Héla, les enfants étaient déjà repartis à l’école quand nous sommes arrivés. Ce lieu est complètement hors du temps. Nous avons déjeuné dans la salle à manger de la famille, en regardant les feuilletons Thaïlandais avec sa femme, et sa belle-sœur.

Ensuite, nous avons visité le jardin, qu’il cultive amoureusement, notamment pour y accueillir les enfants des environs et leur apprendre les plantes, mais aussi et surtout l’anglais. Nous soupçonnons notre hôte de nous avoir gardé avec lui le temps que les enfants sortent de l’école, et à 16h30, ils sont arrivés. On a joué avec eux aux jeux locaux auxquels ils sont habitués, avons échangé quelques petits mots d’anglais qu’ils apprennent doucement. Un moment tout simplement inattendu, magnifique et tellement chaleureux …

Cet homme fait un travail remarquable pour sa communauté, et ses voisins à qui il nous a tous présenté. Apprendre aux enfants, et faire découvrir aux voyageurs leur mode de vie, lui tient vraiment à cœur.  On est partis vers 18h, après dix mille mercis et quelques câlins, avec le cœur tout plein de tendresse pour tous ceux que l’on a pu rencontrer ce jour. Et la petite Fasay, à qui le jardin doit son nom, est l’adorable fille de Sai, notre hote.

Ils proposent aussi de rester dormir chez eux, d’apprendre à cuisiner, de participer à l’aumône aux moines avec les habitants, qu’il s’agisse d’une nuit ou d’une semaine. Si cela vous tente, si vous avez envie d’aider un peu cette communauté tout en découvrant en immersion le mode de vie dans la campagne de Luang Prabang, loin des circuits touristiques, c’est l’endroit idéal. Et vous pourrez toujours piquer une tête dans la rivière avec les petits !

Plus d’informations sur leur tout nouveau site internet : Fasay Garden 

Parlons finance : Notre repas nous a coûté 60 000 LAK à deux, et nous avons donné 100 000 LAK en tout, histoire que Sai puisse acheter quelques stylos ou cahiers aux enfants (environ 10€).

Pour résumer, nous n’avons vu qu’une cascade sur les deux prévues au programme, mais nous avons découvert des lieux et des gens extraordinaires. Une journée magnifique, chaleureuse, belle, inattendue et sans l’ombre d’un nuage (sauf la piqûre d’abeille quand même ahah).

Jour 3 : Croissants, Mont Phousi et découverte du Sud de la ville

Nous avions réglé le réveil à 5h pour assister au Tak Bak mais à force de reculer l’heure du lever, nous avons fini par arriver un peu trop tard, à la toute fin de la cérémonie. La majeure partie des habitants avaient déjà plié bagage et les moines commencé leur petit déjeuner. Tant pis, on a décidé qu’on allait se venger sur les croissants.

  • La boulangerie Banneton 

Cette boulangerie est considérée comme la meilleure de la ville. Nous voulions constater par nous même si celle-ci était à la hauteur de sa réputation. Nous nous sommes présentés peu avant 7h devant un monticule de croissants qui m’a faite saliver et sortir les yeux de la tête. Outre le fromage, s’il y a bien quelque chose qui manque aux Français que nous sommes depuis ce début de voyage, c’est la bonne boulangerie bien de chez nous. Comme le 5ème croissant était gratuit … et bien on en a pris 5 (ne me parlez pas des calories, je vous parle d’amour !). Le verdict ? Un délice, de la tendresse pure beurre. Nous vous recommandons les croissants de la boulangerie Banneton !

Prix croissant : 9000 LAK/ croissant, le 5ème offert

C’est où46 Sakkhaline RoadLuang Prabang 06000, Laos

  • Le Mont Phousi

Après tant de calories, nous nous sommes dis que monter quelques marches ne nous ferait pas de mal. C’est essoufflés, et la peau transpirant du beurre que nous sommes arrivés au sommet (en réalité il vous faudra environ 10 minutes pour parcourir les marches, et à la fraiche, ça se fait très facilement).

L’endroit, situé en plein cœur du centre et face au Musée du Palais Royal, est réputé pour admirer les couchers de soleil, ce qui se comprend car la vue sur le Mékong est fabuleuse, ainsi que sur le côté Sud de la ville, et ses montagnes environnantes.

Outre la vue, prenez le temps de contempler le stupa That Chomsi, et de méditer (oui, encore, tous les jours !) dans le petit temple. Vous verrez des fidèles relâcher des oiseaux, il s’agit d’une pratique bouddhiste, notamment dans le bouddhisme chinois. Alors oui, ça fait mal au cœur ces petits animaux en cage, mais quel bonheur de les voir enfin s’envoler !

Nous y étions avant 8h du matin, et il me semble que c’est la meilleure heure pour vous y rendre, car en journée, mais surtout au moment du coucher du soleil, sachez que d’innombrables autres touristes auront eu la même idée que vous.

Tarif : 20 000 LAK/pers

  • Wat Visun :

Il s’agit du plus ancien temple de la ville. Vous pourrez visiter l’intérieur du temple, relativement récemment rénové et y admirer une collection de bouddhas, certaines pièces sont vieilles de 400 ans, ainsi que son grand Bouddha assis ! Son stupa a été dessiné par la femme du roi Wisunarat, et est connu par les locaux comme le “Watermelon Stupa”. On y a passé une bonne demi-heure même si  l’architecture et l’intérieur ne sont pas des plus fous.

Tarif : 20 000 Kips/personne

  • Un massage au centre de la croix rouge

En face du temple Visun, vous trouverez le centre de la croix rouge. Nous en avions entendu parler et ce fut l’occasion de se faire masser tout en faisant une bonne action. Arthur voulait également donner son sang, mais le centre de donation était fermé. Concernant le massage, pas besoin de réserver. Vous payez pour le massage de votre choix (50 000kips/personne pour un massage traditionnel Lao à l’huile), vous vous asseyez (on a attendu 2 min), puis l’on vous installe dans la salle de massage, dont les matelas sont séparés par des draps. Décidément, je ne passe pas franchement un bon moment pendant ces massages, et je ne saurais dire si le massage Lao est moins violent que le massage thaï, j’ai alterné entre des sentiments contrastés du type “si elle continue comme ça, elle va me briser les os et me faire éclater les organes internes” et ” ZZzzz … ça détend quand même, je vais m’endormir“.

Mais pour résumer, si vous aimez les massages, passez au centre de la croix rouge, vous passerez un bon moment tout en aidant l’association. Tout bénef !

Où loger ?

Nous n’avions pas réservé par booking car les hébergements que nous trouvions étaient relativement chers. Bien sur, en arrivant à 4h30 dans le centre, toutes les guesthouses étaient fermées. Nous en avons profité pour observer la cérémonie du alms offering (ou tak bak en Lao), c’est à dire l’aumône aux moines dont je vous parlais plus haut. Après la cérémonie, nous sommes partis en quête d’une guesthouse, après plusieurs échecs (trop cher ou trop glauque), nous avons trouvé une grande chambre avec un lit double et un lit simple (au cas où l’on trouve un(e) sous locataire ?) chez Som Jith Guesthouse, en plein centre ville. Prix : 160 000 kips (16€/nuit)

Les + : très bien située sur ruelle calme, grande chambre, eau chaude, personnel accueillant, grand lit et bon matelas, de nombreux cintres (important quand on fait sa lessive à la main !), wifi performant, café & banane à disposition.

Les – : On nous attribué une chambre près de la réception, chose que je déteste …

Où manger ?

Outre le marché de nuit où nous avons mangé tous les soirs, voici quelques adresses (approximatives):

  • Restaurant près de la Matata guesthouse : Pas de nom visible pour ce restaurant typique, qui ne paie pas de mine, mais qui dispose d’une carte en anglais. Les prix sont plus doux que la moyenne à Luang Prabang. Nous avons avalé deux Noodle soups végétarienne et un steam rice pour 25 000 kips (soit 2,5€ à deux). Très bon rapport qualité-prix.
  • Labrlao Manivone : Restaurant situé sur la rivière Nam Khan, il vous offre une vue sublime. Les prix sont ceux de la ville mais sans excès. Pour un vegetable rice, une salade d’aubergines et du riz, nous en avons eu pour 40 000 kips (soit 4€ à deux)

  • Fasay Garden : A quelques mètres des Kuang Si waterfalls (30 km de Luang Prabang), repérez le panneaux dont je vous joins la photo. Garez votre scooter sur le petit parking indiqué. Vous serez accueilli avec effusion, que vous souhaitiez déjeuner ou simplement visiter le jardin. Pour le repas, vous précisez simplement vos gout et intolérance, et c’est la surprise ! Nous en avons eu pour 60 000 kips (soit 6€ à deux).  

 

Connaissez-vous la ville de Luang Prabang ? Si oui, quelles sont les activités que vous avez préférées ? Sinon, le Laos est-il dans vos projets de voyage ? 

Advertisements

10 thoughts on “[Laos] Luang Prabang, une ville inscrite au patrimoine de l’UNESCO

Add yours

  1. Haha, la vache qui rit… Ce soir, on est à Copacabana au bord du lac Titicaca et on a voulu commander un cheese naan (il était sur la carte!) mais faux espoir, il n’avait plus de quoi en faire 😦
    Mais ça a l’air beau le Laos, ça me donne envie d’y aller…

    Like

    1. Ah le fromage ailleurs qu’en EUROPE,c’est vraiment pas ça ! Et pour le Laos, quand tu seras en Corée, n’hésite pas à t’y prendre des vacances, c’est tellement calme … Après Birmanie et Thailande, ça repose bien 🙂

      Like

  2. Les cascades, les nounours, Arthur en Tarzan, toi en nageuse, la journée chez Sai et toutes ces splendeurs… quel voyage !
    Vous navez pas envie de vous poser…
    C’est la casaniere qui parle :-).

    Liked by 1 person

    1. Si si, moi la casanière qui a eu cette idée folle a des moments où elle rêve de son canap parisien. Puis ensuite elle se reprend, elle vit quand même un rêve éveillé et ça ne se reproduira peut être pas alors autant en profiter ! 🙂

      Liked by 1 person

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Powered by WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: