[Vietnam] Hoi-An et ses environs : une parenthèse de douceur.

Rejoindre Hoi An fut tout un périple. Nous sommes partis d’Ho Chi Minh le 4 avril au matin pour rallier la petite Hoi-An le lendemain midi.

 

Parvenir à Hoi An, un long chemin.

Nous avions réservé notre billet 2 jours avant le départ auprès de la société Hoang Long, directement sur leur site internet (Hoang Long). Nous n’avons pas vu de bus direct pour Hoi An, nous avons donc booké notre voyage jusqu’à Dalang (13€- environ 21h de bus). Hélas le bus n’était pas de première jeunesse, et nous n’avons eu droit ni à une petite bouteille d’eau ni une serviette rafraîchissante comme c’est parfois la cas (tant mieux pour l’environnement vous me direz !). Attention si vous êtes grand et/ou large, les couchettes sont étroites et clairement pas taillées pour une carrure costaude. Malgré cela nous avons connu des voyages bien plus rudes, bien que toujours plus courts, alors on ne se plaindra pas. Nous étions les seuls touristes à bord, et peut être un peu la curiosité surtout lorsque nous avons dîné tous ensemble à la même table le soir.

A Dalang, notre bus nous a déposé à environ 500 mètres de la gare routière. De là nous avons pris un “bus jaune” Dalang-Hoi An qui sont les bus locaux partant de la gare routière de Dalang et allant jusqu’à la gare routière d’Hoi An à environ 4km du centre ville (30 000 VND/pers avec nos bagages – environ 1h30). Ne soyez pas surpris, le bus fait également service de livraison et livre à peu près n’importe quoi. Une fois de plus, nous étions les seuls touristes et on aime bien ça.

De la gare routière, échaudés par les arnaques régulières des tuk tuk et taxis, nous avons pris un café pour avoir du wifi et commander un GRAB (l’équivalent de UBER et qui pratique de “vrais” prix) pour nous rendre à notre guesthouse (4km – 2 personnes avec deux gros sacs – 44 000 VND) . Un loooong chemin donc (presque 26h en tout car notre bus a eu du retard au démarrage).

Que faire à Hoi An?

Puisque nous sommes enfin arrivés à Hoi An, il est temps de se demander ce que l’on va y faire. Nous y sommes restés 3 jours et demi. La ville et ses environs se parcourent aisément à vélo, de ce fait, même si votre hôtel ne se trouve pas dans la vieille ville (et clairement c’est mieux comme ça), vous pourrez toujours la rejoindre rapidement.

Visiter la vieille ville

La vieille ville classée au patrimoine mondial de l’Unesco est connue pour ses lampions, qui s’allument la nuit venue. Je ne vous mentirai pas en vous disant que bien qu’elle ressemble à une carte postale, la ville est littéralement envahie de touristes, surtout la nuit venue. Vous aurez l’impression de vous trouver à Disneyland. Pourtant, il serait dommage de se priver de ses lampions, de ses bateaux (de touristes) qui défilent sur l’eau, et de ses ruelles animées. Soyez juste patients … Notez que le cœur de la vieille ville est interdite aux véhicules à moteur à partir de 8h du matin, et que si vous vous y rendez tôt, vous serez bien moins entourés.

La vieille ville d’Hoi An, au matin.

L’entrée de la vieille ville est gratuite. En revanche, pour entrer dans nombres de bâtiments, vous devez vous munir d’un ticket combiné (120 000 VND) qui vous donnera droit à la visite de 5 monuments. N’entrez pas n’importe où, n’importe comment, car lorsque vous arriverez au bout de vos 5 tickets, vous n’aurez plus qu’à en racheter un (le billet est valable durant une semaine). Voici ce que nous avons choisi de visiter :

  • Temple Quan Cong : il s’agit d’un temple. Fondé en 1653, ce temple chinois est dédié au général Quan Cong, un général chinois connu pour son honnêteté et son sens de la justice. Allez visiter le second temple et son Botthistsava et la petite exposition d’estampes. Il n’y avait pas foule, les cars de touristes ne doivent pas s’y arrêter, et nous avons apprécié la visite de ce très joli temple dans lequel le temps s’est arrêté. La petite cour mérite également quelques instants de contemplation.
  • Maison commune de la congrégation chinoise du Fujian : Cette salle de réunion commune fut transformée en temple en l’honneur de Thien Hau, divinité de la province chinoise du Fujian. Admirez la magnifique porte d’entrée, à gauche entreront les hommes, et à droite, les femmes. Encore un bijou d’architecture, baigné dans une atmosphère d’encens. Les fidèles et autre curieux achètent des spirales d’encens et inscrivent sur une pièce de papier les noms et dates de naissance de leurs proches ainsi que leur adresse, ceci pour voir exaucer leurs vœux. Vos trouverez ce rite dans plusieurs autres pagodes.
  • Maison commune Cantonaise (Qaung Trieu) : Encore un superbe temple, doté d’une très belle cour, ornée d’un dragon légendaire.  A l’origine, cette maison fut édifiée en 1885 par des commerçants cantonais pour en faire à la fois un lieu de culte et de réunion.

  • La maison Tan Ky : Classée monument Historique depuis 1985, il s’agit de l’un des monuments les plus célèbres, et serait la maison la plus ancienne de Hoi An. Son architecture mêle des influences japonaises, chinoises et Vietnamiennes. Nous avons tenté de la visiter en fin d’après-midi mais sachez que de très nombreux groupes y passent, venez plutôt le matin, c’est un peu plus calme !
  • Chapelle de la famille Tran : Plus confidentielle, moins visitée, nous vous conseillons la visite de cette ancienne et jolie maison à l’architecture mêlant influence chinoise, japonaise et vietnamienne. Vous aurez droit à une visite guidée dans cette maison dont la pièce principale est vouée au culte des ancêtres de la famille Tran, qui habite cette maison depuis sa construction en 1780. On vous fera visiter la boutique, peut être mon seul bémol car nous n’aimons pas franchement les visites qui finissent par des boutiques, mais vous ne vous sentirez pas forcés d’acheter.
  • Le pont couvert japonais : D’après le Lonely planet, le pont devait être gratuit mais il nous semble qu’il fait désormais parti du billet combiné. Nous nous sommes donc contentés de l’admirer de l’extérieur. Construit en 1593 par la communauté japonaise de Hoi An, il n’a quasiment pas été restauré ou modifié depuis. Il est l’une des figures les plus célèbres de la petite cité d’Hoi An.

Precious Heritage Art Gallery Museum

Attention gros coup de cœur ! Je n’attendais rien de particulier de cette visite et j’en suis ressortie à la fois émue et éblouie par le travail de ce photographe Français, Réhahn. Installé à Hoi An depuis 2011, le photographe oeuvre pour la mémoire des traditions des nombreuses ethnies du pays, notamment à travers les vêtements traditionnels, qu’il recherche et expose. Au delà de ce fabuleux et fastidieux travail de recherche particulièrement brillamment restitué dans le musée, ce sont les portraits de ceux qu’il rencontre et immortalise qui fascine le visiteur. J’avais lu qu’au travers de ses photos on avait l’impression de capter l’âme de son sujet, je demandais à voir. Quand vous regardez leurs yeux, l’expression des rides des visages, et l’énergie qui se dégage de ces portraits, vous vous dites que oui, c’est l’âme de ces gens qui transparaît. Une exposition à la fois sublime, très humaine, pleine d’amour. Le photographe se trouvait là quand nous sommes arrivés, mais il était déjà parti lorsque nous avons terminé. J’aurais aimé lui dire comme son travail m’a touché.

Tarif : Entrée libre

C’est où ? 26 Phan Bội Châu, Cẩm Châu, Hội An, Quảng Nam

 

Aller à la plage : An Bang

Et oui, Hoi An étant situé non loin de la côte du golfe de Tonkin, vous pourrez vous rendre sans mal à la plage. La plus proche se nomme Cua Dai, mais nous avons choisi la plage d’An bang, 3km plus au nord et que le Lonely Planet décrivait comme l’une des plages les plus agréables du Vietnam. Et en effet, malgré des loueurs de transats légèrement insistants vous trouverez facilement un coin de plage où installer votre serviette en étant parfaitement tranquille. La plage est grande, franchement propre et vous verrez à l’horizon les îles Cham dessiner leur silhouette.  Pour y accéder, enfourchez un vélo (nombre de guesthouse en prêtent gracieusement, sinon vous trouverez toujours des locations pour 1 à 2$/jour) et prenez la route de Haibatrang qui passe par les rizières. Attention toutefois, la route est très empruntée.

Lorsque vous arriverez au niveau de la plage d’Anbang, ne soyez pas surpris si des individus gigotants et hurlant “free parking” se jettent sur vous. Ils vous proposent de garder vos vélos si vous achetez une boisson. Si vous ne souhaitez pas garer votre vélo contre une boisson, il y a un parking tout proche de la plage mais nous n’avons pas demandé le prix. Il est également parfaitement possible d’aller garer son bolide à une entrée de plage moins touristique et d’échapper à ce coût supplémentaire. Il s’avère que nous voulions prendre quelque chose à boire, alors on a pas hésité à confier notre vélo (Fanta à 20 000 VND).

Le village de Traqué

Le village de Traqué peut se visiter en route pour la plage d’Anbang. Nous avons quitté la route principale de Hai Ba Trung pour nous perdre dans ce très agréable et verdoyant endroit, où les jardins potagers écologiques se succèdent dans une belle harmonie. Aucun pesticide, aucun OGM n’est utilisé dans ces potagers, seulement des matières naturelles et locales comme l’algue récoltée dans la lagune de Tra Que. Nous y étions vers 9h30 et nous sommes trouvés quasi seuls avec quelques cultivateurs. L’endroit a quelque chose de très apaisant et fait réfléchir à l’environnement, à ce que l’on souhaite pour notre Terre. Ce voyage est l’occasion, une fois de plus, de questionner nos systèmes de valeur, et se rendre compte que nous évoluons doucement … Attention toutefois, le village produit 8 tonnes de légumes par an, mais sa deuxième source de revenu est le tourisme, vous pourriez ne pas vous trouver si seuls que cela.

Se balader à vélo sur l’île de Cam Kim

L’île de Cam Kim est accessible depuis Hoi An par un pont métallique ouvert seulement aux deux roues. Grande île située sur les bras de la rivière, elle est connue pour son artisanat et ses chantiers navals. Mais c’est surtout un havre de paix, entre rizières, bras de rivière et temples aux influences chinoises. Empruntez un vélo et perdez-vous sur l’île qui a gardé un côté très authentique, comme si le temps s’était arrêté. Vous pourrez vous trouver complètement seuls dans des décors d’une beauté simple et apaisante. Peu touristique, il parait que l’endroit offre aux visiteurs le visage du Vietnam authentique, d’il y a quelques années, avant l’afflux de touristes. C’est la sensation que nous avons eu, comme si nous avions fait un saut dans le passé. Après l’agitation d’Hoi An, ce fut un moment de pur bonheur.

Tu viens faire un foot ?

Et … un bateau temple !

Nous nous sommes rendus aux deux entrées d’un grand pont de bambou, permettant l’accès à ce qui était noté comme la “Water Coconut forest” mais l’endroit semble fermé voir abandonné, et on a jamais trouvé où il aurait fallu acheter les billets …  Tentez plutôt votre chance sur l’île de  Cam Thanh  pour visiter le coconut water village.

Se balader à vélo sur l’île de Cam Nam

Cam Nam est reliée par un pont à Hoi An. Il s’agit d’une île bien plus résidentielle, vous y trouverez des guesthouses et nombre de restaurants au bord de l’eau. Pour autant, elle a quelque chose d’agréable aussi, posée qu’elle est sur la rivière et vous trouverez quelques rizières, des jardins potagers, quelques champs de chili. Une bonne occasion de rouler à vélo sur des routes bien plates, dans un joli décor, et de s’éloigner de la foule de touristes pour respirer un bol d’air.

Où loger ?

  • Red House Homestay : Nous avons réservé deux nuits dans cette guesthouse (alors ils appellent ça homestays mais ce ne sont ni plus ni moins que des guesthouses avec tout le confort) par le biais de Air bnb (12,5€ la nuit avec les frais de service). Celle-ci est située à 1,8km de la vieille ville et 2,3 km de la plage la plus proche (Cu Dai). Après toutes ces heures de voyage, ce fut un véritable coup de cœur que notre chambre double parfaite donnant sur un havre de verdure.

Les + : le magnifique jardin, notre chambre spacieuse et décorée avec soin, la grande salle de bain privative, le réfrigérateur, le balcon de notre chambre, de nombreuses lumières, cocktail de bienvenue aux fruits de la passion délicieux, prêt de vélos, accueil adorable, invitation à une soirée avec la famille alors même que l’on avait déjà changé d’hôtel !

Les – : Pour être honnête je n’en vois aucun !

Réserver sur Booking : Red House Homestay

  • Joy Homestay : Hélas, nous n’avions pu réserver que deux jours dans notre petit coin de paradis et il a fallu aller ailleurs. Notre hôtesse de la Red House nous a dégoté une chambre dans le coin, à la Joy Homestay et s’est occupé de tout et même de nous y amener (13$ la nuit – soit 10,6€ ). Si la chambre était jolie, elle ne nous a pas fait oublier notre petit havre de paix précédent.

Les + : beaux espaces communs, belle salle de bain ouverte sur l’extérieur, rangements, réfrigérateur, goodies d’hygiène, clim et ventilateur.

Les – : pas de balcon pour notre chambre, l’hôtel donne sur la rue donc environnement bruyant, manque de prises électriques.

Réserver sur booking : Joy Homestay 

Où manger ?

  • Banh mi Phuong : Notre hôte nous a recommandé cette adresse pour manger les meilleurs Banh mi de la ville, ces sortes de petits sandwiches qui se dégustent en guise de snacks. Et quand nous sommes arrivés, il y avait effectivement foule. Je vous conseille de monter à l’étage et de vous installer plutôt que de faire la queue dehors ! Au final, nous avons apprécié mais je ne saurais vous dire s’ils sont réellement les meilleurs. Nous en avons eu pour 40 000 VND (soit environ 1,42€) pour 2 banh mi.

C’est où ? 2B Phan Châu Trinh, Cẩm Châu, Hội An, Quảng Nam 560000

  • Bao Phuong : Rendez-vous dans la vieille ville, et plus précisément sur la food court. De nombreux restaurants, qui font aussi cours de cuisine, vous présentent les spécialités locales. Nous avons choisi le tout dernier qui proposait notamment des spécialités en version végétariennes. C’est ainsi que nous avons pu découvrir le Cao lầu, spécialité d’Hoi An, ainsi que des pancakes de riz. On a tout simplement adoré la cuisine, et la gentillesse de notre hôte. Nous en avons eu pour 79 000 VND pour 2 plats et 2 boissons (soit 2,84€ à deux).

C’est où ? 2 Ngô Quyền, Phường Minh An, Hội An, Quảng Nam

  • Karma Waters : A quelques centaines de mètres de la vieille ville vous trouverez ce restaurant végan. A la carte, des spécialités vietnamiennes, des currys ou encore quelques plats occidentaux, tous végétaliens. Si les prix sont un peu plus élevés que la moyenne, les plats sont relativement copieux et sont surtout délicieux. Ils proposent également des cours de cuisine à partir de 40$. Nous en avons eu 155 000 VND pour deux plats et un thé froid (soit environ 6€ à deux).

C’est où ? 213 Nguyễn Duy Hiệu, Cẩm Châu, Hội An, Quảng Nam

  • Quan Chay Dam : restaurant végan situé dans la vieille ville, il s’agit d’une cantine à la carte locale et aux prix particulièrement doux. Nous avons beaucoup aimé l’endroit et la cuisine proposée. Pour un plat (un Cao Lao en version végan), 2 snacks et une boisson, nous en avons eu pour 47 000 VND (soit 1,68€ à deux).

C’est où ?  71/20, Phan Chu Trinh St / between Le Loi and Hai Ba TrungHôi An, Vietnam

On y va ou pas ?

Plutôt deux fois qu’une ! Malgré une vieille ville dont la fréquentation nocturne pourrait en refroidir plus d’un, Hoi An et ses alentours ont énormément d’atouts, qu’il s’agisse de la vieille ville, de la plage, ou de la campagne environnante. Les décors ne sont pas pittoresques ou spectaculaires mais c’est verdoyant et paisible. La diversité des activités et des paysages permet d’y trouver son compte et de ne pas s’ennuyer. Nous avons passé quatre jours très agréables et nous aurions pu y rester plus longtemps si notre planning nous l’avais permis.

 

Advertisements

3 thoughts on “[Vietnam] Hoi-An et ses environs : une parenthèse de douceur.

Add yours

  1. Ça fait plaisir à lire et donne envie comme toujours.
    C’est vraiment beau même si c’est plus simple et totalement dépaysant. Ça le devient peut-être un peu moins pour vous !
    Super les chemins de traverse et les îles. Original le bateau temple. Il ne se déplace plus j’imagine. Il semble échoué.
    Moi jaime bien finir par la boutique et me laisser tenter. La VRAIE touriste bas de gamme.
    Arthur a-t-il trouvé un rasoir ? 🙂

    Like

    1. en effet, ce bateau ne bouge pas mais il est orignal. Un bateau temple on en voit pas souvent ! J’ai beaucoup aimé cette étape, c’était agréable de se poser quelques jours !
      Arthur n’a pas encore trouvé de barbier mais il cherche !! huhu

      belle journée !!

      Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Powered by WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: